Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 17:07
Au théâtre, philosophiquement, citoyennement - et gratuitement.

Dans deux semaines le Théâtre 14 accueillera la deuxième édition de l’Université populaire du théâtre, une initiative née de la volonté conjointe de Michel Onfray et de Jean-Claude Idée de remettre la réflexion au cœur du théâtre au moyen de la représentation publique de textes à caractère philosophique, éthique, civique, historique et politique, qu’ils appartiennent au répertoire dit "classique" ou bien qu’ils soient issus de plumes contemporaines. Et comme il s’agit aussi de permettre à cette réflexion de s’emparer de tous les esprits, les spectacles proposés dans le cadre de cette Université populaire sont accessibles gratuitement – sur réservation et "dans la limite des places disponibles", selon la formule de rigueur, et bien rodée. En outre, chaque représentation est suivie d’un débat entre le public et les artistes, parfois précédée d’une introduction. En l’espace de trois jours, du 12 au 14 mai, ce sont ainsi neuf spectacles – totalement aboutis ou simple lecture – qui seront programmés au Théâtre 14, parmi lesquels j’ai le plaisir de voir figurer L’Or, d’après Cendrars, vu à Sarlat en 2011 et qui est l’un de mes meilleurs souvenirs de festivalière… Le programme indiqué ci-après tient compte d'une modification dont j'ai eu connaissance en réservant une place et qui n'apparaît pas sur le site du théâtre (Moi, Antonin Artaud... était à l'origine programmé le mardi).

LUNDI 12 MAI
17 heures
Moi, Antonin Artaud, j’ai donc à dire à la société qu’elle est une pute, et une pute salement armée… Spectacle proposé par le Chok théâtre de Saint-Étienne, mis en scène et interprété par Alain Besset.
19 heures
Discours sur le bonheur. Texte d’Émilie du Châtelet. Mise en espace: Jean-Claude Idée. Avec Anne Deleuze et Yvan Varco.
21 heures
L’Or. D’après le roman de Blaise Cendrars. Spectacle mis en scène par Xavier Simonin. Avec Xavier Simonin et Jean-Jacques Milteau.


MARDI 13 MAI
17 heures
Discours de la servitude volontaire. Texte d’Étienne de La Boétie, adapté par Dominique Rongveau et Jean-Claude Idée. Mise en espace: Jean-Claude Idée. Avec Dominique Rongveau.
19 heures
Monsieur Sophie Germain. Texte de Norbert Aboudharam. Mise en espace: Jean-Claude Idée. Avec Lisa Debauche et Alexandre von Sivers.
21 heures
"Supplément au voyage de Bougainville". Texte de Denis Diderot. Adapté et mis en scène par Jean-Claude Idée. Avec Francis Lombrail et Yvan Varco. Introduction et débat par Francis Lombrail, Jean-Claude Idée et Yvan Varco.


MERCREDI 14 MAI
17 heures
"14-18 Refus d’obéissance". Écrit et mis en espace par Fabienne Rousso-Lenoir. Avec Anna Sigalevitch, Baptiste Belleudy, Frantz Morel A L'Huissier, Sylvain Chevet, Leo Mathey, Thomas Ducasse, Sylvain Lablée.
19 heures
Hugoethe. Texte de Jean-François Prévand. Mise en espace: Jean-Claude Idée. Avec Annette Brodkom, Yves Claessens, Amandine Hinnekens, Jacques Neefs, Pierre Pivin, Benjamin Thomas et Simon Willame.
21 heures
Jaurès, humaniste, philosophe, visionnaire. Texte de Dominique Ziegler et Jean-Claude Idée. Mise en scène: Jean-Claude Idée. Avec Annette Brodkom, Yves Claessens, Bruno Georis, Pierre Pivin, Benjamin Thomas, Michel Wright, Simon Willame.


Les réservations sont ouvertes à compter du 28 avril, au 01 45 45 49 77 (du lundi au samedi, de 14 heures à 18 heures).

Théâtre 14, 20, avenue Marc Sangnier - 75014 Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages