Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 12:28

Cette année le 59e festival des jeux du théâtre de Sarlat portera brassard noir, en mémoire des trois grands comédiens qui se sont éteints en ce mois de juillet – Laurent Terzieff le 2, Pierre Maguelon le 10 et Bernard Giraudeau le 17. Triste trinité… qui certes ne va pas empêcher le spectacle de continuer, ni les rires d’éclater pendant ces trois semaines de festivités théâtrales. Mais les gaîtés et les joies auront cette bizarre résonnance qu’elles prennent lorsqu’elles heurtent le vide creusé par les absences amères.


Endeuillé, le festival a cependant commencé comme prévu, en fanfare et en pompe grande mais légèrement décalée, avec Les Grooms, ceux-là qui, en 2008, avaient "baronné" à travers les rues de Sarlat et séduit un public qui s’était entièrement pris au jeu et avait ri de très bon cœur.
Plus de baronnade ambulatoire cette fois mais une représentation sédentarisée place de la Liberté, à même le pavé laissé libre par les cafés dont les terrasses s’étendaient loin hors des murs en cette journée de plein soleil. L’on a retrouvé avec plaisir les costumes groomiens – pantalon noir, jaquette rouge à boutons dorés,
casquette assortie – et les cuivres de la fanfare, l’art des comédiens à interpeller le public, à jouer avec lui… non pour de joyeuses interactions comiques plus ou moins improvisées mais pour un opéra! Les Grooms se proposaient rien moins que de jouer devant le public ébahi Le Roi Arthur, composé par Henry Purcell à la fin du XVIIe siècle sur un livret de John Dryden… Enfin, Un roi Arthur car, bien évidemment, la fameuse œuvre baroque a été revisitée par ces musiciens-comédiens talentueux à la fantaisie débridée.
 

les-grooms_un-roi-arthurA.jpg

 

L’intrigue, passablement compliquée, qui doit davantage aux inventions de Dryden et au passé historique de la Grande-Bretagne qu’à la légende arthurienne proprement dite, fut d’abord brièvement exposée en même temps qu’était retracée la genèse de l’œuvre et précisé son caractère patriotique – dans un préambule assaisonné, on s’en doute, de drôleries bien piquées. Puis ce fut du théâtre de rue à grand spectacle, avec changements de costume, multiplication d’accessoires, et des effets spéciaux par fumigation! À grand renfort de théâtralité exagérée et assumée comme telle, l’on assista à une farce désopilante, où le grotesque délibérément accentué des costumes le disputait à une gestuelle outrée du meilleur effet.
Entre fausses barbes grossièrement accrochées, casque à cornes orné de fausses tresses blondes et string à frous-frous arboré quand il s'est agi de mimer un combat façon sumotori, le délire le plus total a régné pendant les 55 minutes qu’a duré la représentation.

 

les-grooms 2La musique, et le chant dans tout cela? Ils étaient là, ô combien présents – mais jamais dénaturés ni parodiés. Les airs ont été chantés par de vraies voix lyriques, superbes, et les morceaux instrumentaux, adaptés pour un orchestre de cuivres, ont tous été joués avec la plus respectueuse justesse. Pas un couac, pas une note volontairement faussée, pas de voix qui déraille… Le comique s’est déployé, et dans les grandes largeurs, autour de la musique et du chant. Mais eux ont été abordés avec le plus grand sérieux et un respect tout aussi grand.


"Spectacle tout public", indique le programme. Tout public? Assurément: tout le monde, des plus jeunes enfants aux plus âgés des adultes, est forcément accroché par cette farce délirante qui rutile et dévide les gags visuels à un rythme soutenu. Il faut avoir l’esprit singulièrement chagrin ou grincheux pour ne pas se laisser aller à rire de ce bon rire qui détend et réconcilie avec la vie. Quant à bien comprendre ce qui est raconté, cela demande de tendre l’oreille, d’aller au-delà du brillant vernis comique et d’avoir l’attention en éveil, ce qui caractérise rarement les dispositions d’un public par définition passant et qui n’est pas là en premier lieu pour assister à une représentation théâtrale. Enfin, il n’est pas sûr du tout que cette parodie, pour respectueuse et inventive qu’elle soit, "démocratise l’opéra": je ne crois pas qu’avoir ri aux éclats en voyant Les Grooms incite à la découverte ceux qui n’ont jamais écouté d’œuvres lyriques d’assez près pour les apprécier. Et je ne crois pas non plus que la beauté des voix que l’on entend chanter les airs du Roi Arthur suffise à dérider les oreilles de qui n’est pas initié à l’opéra.


Quels que soient les rapports que l'on a avec l'opéra, on gardera le souvenir d'un spectacle foisonnant, à coup sûr goûté par les mélomanes qui auront pu apprécier la mesure du savoir-faire musical des Grooms qui doit être grand pour parodier de la sorte un opéra. À
la fin du spectacle, j'ai même vu et entendu du coin de l’œil, tandis que l'on déballait sur une table tous les "supports de communication" de la compagnie entendez par là les DVD, posters, affiches et cartes postales proposés à la vente – un spectateur à l'évidence sujet de Sa Gracieuse Majesté qui félicitait, dans la langue de Shakespeare, les deux chanteurs lyriques pour leur interprétation, et leur prononciation du vieil anglais...

 

les-grooms_un-roi-arthur2.jpg

 

La compagnie des Grooms, constituée essentiellement de musiciens, est née en 1984. Elle est menée par Christophe Rappoport qui, en matière théâtrale, a de qui tenir puisqu'il est le fils du metteur en scène Jacques Livchine, notamment pionnier du théâtre de rue en France et comptant parmi les créateurs de la Ligue d'improvisation. On ne se risquera pas à résumer sa riche carrière mais on dira tout de même que, une fois nommé à la direction de la scène nationale de Montbéliard, il la rebaptisa Centre d'art et de plaisanterie.

À voir les créations des Grooms, il est évident que père et fils ont avec le théâtre des rapports similaires... Ces musiciens émérites créent des spectacles musicaux décalés et pleins d'humour mais témoignant à la musique le plus grand respect. Passionnés d'opéra, ils ont pour ambition de démocratiser un art réputé peu accessible aux profanes. Leur arme? La parodie. Une parodie à la fois intelligente, délirante, infiniment drôle, et respectueuse.
Il paraît qu'ils se sont attaqués à la tétralogie de Wagner! Mais à quoi peut bien ressembler ce monument passé entre leurs mains, et projeté hors des salles sur le pavé des rues...   


 

Un roi Arthur
Opéra pour fanfare et trois chanteurs, d’après Henry Purcell
Arrangements:
Antoine Rosset et Serge Serafini

Mise en scène:
Etienne Grebot
Adaptation:
Jacques Auffray
Avec:
Jacques Auffray, Danièle Cabasso, Damien Ferrante, Macha Lemaître, Christophe Rappoport, Antoine Rosset, Serge Serafini, Bruno Travert
Durée:
55 mn


Représentation donnée le 17 juillet sur la place de la Liberté.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Bonjour,<br /> Je me permets d'écrire ce petit mail pour apporter une précision à votre article : le nom du metteur en scène!<br /> Il s'agit d' Etienne Grebot, et je crois qu'après la lecture de votre article il serait juste de l'associer à ceux à qui l'on doit ce magnifique spectacle.<br /> Cordialement<br /> Stéphane<br /> <br /> <br />
Répondre
Y
<br /> <br /> Oui, bien sûr qu'il serait juste d'ajouter cette information primordiale! si elle ne figure pas dans l'article, c'est que j'ai probablement<br /> mal lu la notice de présentation établie par le comité du festival, et je prie tous les gens concernés de m'excuser.<br /> <br /> <br /> Je vous remercie de cette remarque, et je m'empresse de rectifier!<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Evanescences
    Revenir à la vie en "écrivant sur"... J'y crois, dur comme fer, dès que j'ouvre un livre. Très vite naissent, plus ou moins fragmentaires, des pensées que je verrai s'infirmer ou se confirmer au fil des pages en tout cas se compléter, s'affiner, se développer...
  • Où donc...
    ... ma façon de lire qui fait foisonner les idées, les mêle d'émotivité et d'intuitions plus ou moins floues puis qui parvient sans trop de peine à organiser tout cela en pensée articulée, toute prête à impulser un geste scriptural suffisamment sûr pour...
  • Retour aux chroniques...
    Enfin... timide retour: le vrai, celui qui signifie des publications assez régulières et consacrées à des livres, des spectacles ou des expositions, s'est amorcé il y aura bientôt un an sur k-libre . Il s'est interrompu depuis plus d'un mois, les ouvrages...
  • Emergence
    Depuis janvier à nouveau le désert, l'immense désert de silence au bord de nuits qui n'en finissent pas d'être ombres profondes, abîmes parcourus de tourmentes malgré ici ou là quelques trouées de lumière qui empêchent l'absolue déréliction de submerger...
  • Inactualité...
    Au printemps 2021, histoire de retrouver un peu d'oxygène mental grâce à l'écriture mais n'ayant plus aucune motivation pour me risquer aux «introspcopies», et pas davantage pour muser en «petites errances», je me suis dit que la meilleure voie était...

Pages