Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 13:44

Il en avait éclaté un dans la nuit de mardi à mercredi et, au matin, le pavé sarladais en était encore luisant. Des gouttes éparses flottaient dans l’air à 11 heures lorsque commença la réunion de Plamon. Henri Courseaux était là pour présenter La Nuit des rois mise en scène par Nicolas Briançon, et Jean-Paul Tribout, fort des prévisions fournies par Météo France – "couvert sans précipitations"  – confirma à midi, avant que l’on s’égaye vers la buvette, que la représentation était maintenue. Toute la journée le temps fut maussade mais presque sans pluie, et, dans l’après-midi, entre deux vagues de nues anthracite, un soleil lactescent apparaissait de-ci de-là qui rendait optimiste. nuit-des-rois_annulation2.jpg

Las… Peu avant 21 heures, un éclair jaillit, le tonnerre claqua, le ciel creva. Ce n’était pas de ces averses violentes que l’on sait ne devoir durer que quelques minutes mais une ondée continue et, à 21 heures 30, il pleuvait toujours, opiniâtrement. De brefs éclairs suivis  par un roulement léger rappelaient que l’orage était encore proche. Comble de malheur, le centre culturel où l’on se replie d’ordinaire en cas d’intempéries, étant en travaux, il n’y eut qu’une seule solution: annuler. Jouer sous la pluie a bien sûr été envisagé par les comédiens mais la technique n’était pas d’accord – des circuits, trempés, ne fonctionnaient plus et en devenaient dangereux. La décision d’annuler n’en a pas moins été difficile à prendre et elle a été suspendue jusqu’à 21h45. L’on annonça finalement aux spectateurs sous parapluie massés devant les tentures de velours qu’ils avaient une semaine devant eux pour demander le remboursement de leur billet.

Cet aléa vient rappeler que la prévision météorologique est sujette à caution et que l’organisation d’un festival de spectacle vivant en plein air reste à la merci des éléments. N'en ont que plus de mérite les troupes qui viennent à Sarlat pour une seule et unique représentation, logée souvent tant bien que mal entre deux autres dates à des lieues de distance.

Que l’on ait aujourd’hui une pensée particulièrement chaleureuse pour ces comédiens de la compagnie de Nicolas Briançon qui, après avoir passé des heures à voyager, se sont hier lancés aussitôt dans les répétitions; pour les techniciens qui ont travaillé toute l’après-midi pour préparer le spectacle, et pour les membres du comité du festival qui ont vu en une demi-heure s’effondrer une partie des efforts qu’ils avaient fournis jusqu’aux tout derniers moments pour que cette fête du théâtre se déroule au mieux – ainsi des bénévoles étaient-ils dès le mercredi matin à l'œuvre dans les gradins, essuyant un par un les sièges afin de les rendre confortables au séant des spectateurs…

Le lendemain, malgré l’annulation, cinq des comédiens de la compagnie sont venus à Plamon, à la rencontre du public, avant de repartir vers d’autres lieux. Frustrés évidemment – mais d’une frustration qui porterait mieux le nom de désarroi tant est dévastateur de ne pas pouvoir monter sur scène quand on s’est investi totalement dans un rôle et que l’on s’est mis en condition pour assurer une représentation. Jouer, c’est notre vie, à nous autre comédiens dira Jean-Paul Tribout. Ce matin en me levant, j’avais le sentiment d’une chose pas faite, un sentiment d’inaccompli, expliquera, de son côté, Émilie Cazanave. Et tous ses compagnons d’exprimer cette même amertume, cette même vacuité au fond du cœur qui laisse un peu groggy – mais avec le sourire, en ayant l’élégance de trouver malgré tout quelque agrément à cette incursion manquée à Sarlat: On a mangé dans un excellent restau!... On espère bien revenir l’année prochaine!

En attendant cet hypothétique retour, le moindre hommage que l’on puisse rendre à cette troupe déçue et privée de représentation est de signaler que La Nuit des rois poursuit une tournée d’été en diverses villes et qu’une tournée d’automne est également prévue avec, peut-être, une reprise parisienne pour janvier 2011.
Pour connaître le détail de ces dates l'on peut contacter par téléphone l'Atelier Théâtre Actuel, le "tourneur" du spectacle, au 01.53.83.94.94.

 

 

la-nuit-des-rois-afficheLa Nuit des rois
de William Shakespeare. Texte français de Jean-Michel Desprats
Mise en scène:
Nicolas Briançon, assisté de Pierre-Alain Leleu
Avec:
Yannis Baraban, Jean-Paul Bordes, Émilie Cazanave, Henri Courseaux, Arié Elmaleh, Sara Giraudeau, Thibaut Lacour, Chloé Lambert, Pierre-Alain Leleu, Sophie Mercier, Yves Pignot, François Siener, Aurore Stauder
Décors:
Pierre-Yves Leprince
Costumes:
Michel Dussarat
Lumières:
Gaëlle de Malglaive
Musique:
Jean-Claude Camors
Bande son:
Damien Patoux
Durée: 2h30

 

 

Représentation prévue le mercredi 21 juillet sur la place de la Liberté, annulée pour cause d’intempéries.

 

NB - Henri Courseaux a obtenu le Molière 2010 du Comédien dans un second rôle pour son incarnation de Malvolio dans ce spectacle, et Gaëlle de Malglaive le Molière 2010 de la Création lumières pour son travail sur cette pièce.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages