Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 11:44
Shine on you crazy diamond

Hier 21 juin ; brève balade par une fin d’après-midi où l’on fêtait la musique... De partout surgissaient des sons qui se marchaient les uns sur les autres et brouillaient l’ouïe – mais, parmi le magma sonore mêlé au brouhaha d'une foule en mouvement, quelques riffs de guitare portés par des rythmes pulsés déchiraient l'air - on frappait aux portes du Paradis... Ils m'ont soudain rappelé ces parenthèses de semi-errance auxquelles j'ai renoncé depuis longtemps sans savoir vraiment ni pourquoi ni comment, que j'ouvrais parfois dans mes journées en glissant dans mon lecteur de CD l'une ou l'autre de ces petites galettes argentées. De ma mémoire se sont dressés d'entre les oublis ceux à qui je dois les plus bouleversants tourments : les cosmiques Pink Floyd, leur Mur, leur Diamant fou… sans oublier le flûtiste gardien des portes de l'aube.

Il y a beau temps que j'ai déserté les bords de nuit habités des seuls frissons mélodiques. Mais je me souviens, sans qu'ils aient pris une ride, des cris du diamant fou sans doute devenu aphone à force de hurler à la lune après ses reflets perdus. Et de ces sons bulbeux, irisés... billes d'acier glissant sur la Voie lactée avant de disparaître dans la matière noire. Les harmonies sont pures et aiguës telles des aiguilles de glace et pourtant je ne vois que des rues putrides, bruissantes de papiers gras froissés poussés par un souffle d'air sec comme un vieux squelette  – des rues très graphiques aussi avec leurs immeubles au garde-à-vous, ombres et lumières à angle droit mais réverbères brisés. Quelque part, qui s’incruste et ne veut pas s’effacer, flotte cette silhouette solitaire - cape au vent, chapeau improbable - qui hante comme elle peut des résidus de rêveries à peine ébréchés par les années écoulées.
Le réel a dérapé le temps d’un album ; penchée au bord des vertiges, je vacille sur des chemins buissonniers qui, peut-être, me ramèneront au cher fantôme pas encore enfui...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Didier Hénique 25/06/2009 17:40

Quel bonheur, toujours, à vous lire. Un réel éblouissement, chaque fois que je passe chez vous.

Yza 27/06/2009 07:12


Vous me touchez... Merci de "passer chez moi" régulièrement. A bientôt, donc... 


Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages