Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 12:20

sarlatfestival_affiche-copie-2.jpgLe prochain Festival des Jeux du théâtre de Sarlat, cinquante-neuvième du nom, aura lieu du samedi 17 juillet au mercredi 4 août  2010. Le programme a été rendu public à la fin du mois d'avril - il est en ligne ici, sur le site du festival mais, comme de coutume, les locations ne seront ouvertes qu'à la fin du mois de juin. On peut ainsi consacrer tout son temps au choix et remplir à  sa guise son agenda théâtral de l'été pour, le moment venu, réserver sans hésiter.

Que d'échos familiers dans ce programme!

Dès le premier jour, le 17 juillet, donc,  ils résonnent: à l’ouverture – qui se fera de nouveau avec un spectacle de rue gratuit, petit "plus" festif ajouté à l'affiche il y a deux ans, plébiscité par le public, et dont le maintien me souffle à l’oreille que le festival se porte plutôt bien – je retrouve Les Grooms, ceux-là mêmes que l'on avait vus en 2008 et qui, cette année, transfigurent en fanfare un célèbre opéra, Le Roi Arthur d’Henri Purcell. Et le soir au Jardin des Enfeus, à la lumière du souvenir que m'a laissé l'Antigone de Sophocle vue l'an passé, les noms de René Loyon et de Marie Delmarès m’incitent à aller voir Soudain l’été dernier, de Tennessee Williams – leur nom bien plus que le désir de confronter une version scénique au souvenir que je garde du film de Joseph L. Mankiewicz.

Leur nom mais pas seulement car j’aperçois dans la liste des interprètes Igor Mendjisky, qui était à Sarlat en 2009 avec la compagnie des Sans Cou pour présenter un Hamlet à la fois respectueusement shakespearien et d'une audace extrême, auquel je n’ai pas rendu l’hommage mérité – mais n'est-il pas encore temps de bien faire? Ce spectacle leur avait valu le prix 2009 du festival d’Anjou, dont le directeur artistique est Nicolas Briançon – un habitué de Sarlat que j’avais croisé en 2006, metteur en scène de La Guerre de Troie n’aura pas lieu, où il jouait également. Il revient cette année en terre périgourdine avec La Nuit des Rois, à voir le 21 juillet sur la place de la Liberté.

 

Le 18 juillet se jouera à l'Abbaye Sainte-Claire Les Konkasseurs de kakao – un florilège de textes signés Hugo, Maupassant, Bedos... Ce n'est ni le titre curieux ni la forme qui m'attirent. Ni le nom des auteurs convoqués mais celui du metteur en scène-interprète, Jean-Marie Sirgue – un autre artiste envers qui j'ai une dette d'importance puisque j'avais injustement passé sous silence l'an dernier son admirable adaptation de la nouvelle de Ionesco Rhinocéros, qu'il reprend cette année au début du mois d'août à Figeac dans le cadre du 10e festival de théâtre – une manifestation créée en 2001 par Marcel Maréchal et les Tréteaux de France. Je pourrai alors transformer en promotion anticipée ma petite trahison d'hier...

 

Mon goût personnel pour les auteurs classiques m'amènera, tout naturellement, à aller voir Le Tartuffe ou l'imposteur de Molière le 31 juillet, Le Préjugé vaincu de Marivaux le 2 août, et Le Médecin malgré lui le 3 août – encore que, dans ce dernier cas, ce n'est pas Molière qui m'amènera au jardin du Plantier mais le metteur en scène, Jean-Daniel Laval. En 2006, il m'avait époustouflée par sa mise en scène de Jacques le fataliste et son maître autant que par son interprétation aux côtés de Jean-Paul Tribout. Et en 2008, il était un formidable Comédien dans la pièce éponyme de Sacha Guitry.

 

C'est une délicieuse jubilation que la perspective de voir dans de nouvelles œuvres tant d'artistes dont j'ai déjà apprécié le talent. Elle se relève d'un sel typiquement sarladais : je sais que, grâce au contact direct avec les gens de théâtre lors des Rencontres de Plamon, grâce aussi à l'immersion continue dans l'ambiance propre au festival, j'irai vers des spectacles auxquels je ne pensais pas assister de prime abord.

Toutes joies qui seraient au fond banales si elles n'étaient rehaussées par la certitude de retrouver la chaleur amicale des organisateurs et des quelques festivaliers fidèles avec qui, entre les murs de l'hôtel Plamon, j'ai noué des liens singuliers, purement de circonstance mais néanmoins profonds et qu'une année écoulée ne semble altérer en rien. 

 


59e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat - Du 17 juillet au 4 août 2010

Renseignements au bureau du festival:

Rue des Consuls

B.P. 53 

24202 Sarlat Cedex.

Tél. : 05.53.31.10.83.


Ouverture des locations à partir du lundi 28 juin. Ouverture spéciale pour les membres actifs de l'association du 23 au 26 juin.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Yza - dans Billets
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages