Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 18:10

ciment TNDepuis le 4 novembre et jusqu'au 30 décembre, les vendredi et dimanche soirs de chaque semaine, la compagnie Messaline joue une adaptation de la pièce de Heiner Muller, Ciment, au théâtre Pixel, dans le 18e arrondissement de Paris. J'ai vu le spectacle dimanche dernier et, comme il ne reste plus que deux représentations programmées les vendredis 23 et 30 décembre (le théâtre fait relâche le dimanche 25) –   j'écrirai brièvement. Peu de phrases, juste l'essentiel, pour tâcher de convaincre ceux qui les liront d'aller voir Ciment. Je les espère nombreux, ces convaincus, mais il faut préciser que la jauge de la salle est, à vue de nez, d'une cinquantaine de places. Dire peu, donc, sans m'arrêter sur le texte ni sur ce qui, dans la mise en scène, m'a séduite – car j'aurai l'occasion d'y revenir sous peu.

 

Le sujet: après la guerre civile, en Russie, le soldat bolchevik Gleb Tchoumalov rentre dans son village. La cimenterie où il travaillait n'est plus en activité, et sa femme, Dacha, a confié leur fillette Niourka au foyer des enfants pour pouvoir être plus active au sein de la "commission des femmes", qu'elle a rejointe afin d'œuvrer à la réussite de la Révolution. Au fil des scènes, on voit se développer les conflits entre bureaucrates et militants – les idéologues sont confrontés aux principes de réalité, les "spécialistes" aux travailleurs. L'opposition n'est plus seulement entre bourgeoisie et prolétariat. Le pouvoir soviétique naissant doit faire face à la misère, aux tensions qu'elle génère. Au milieu de ce contexte chaotique des drames privés se creusent dans les foyers; on assiste, surtout, à la désagrégation du couple que formaient Dacha et Gleb, alors même qu'ils sont tous deux profondément communistes.
Les idéaux révolutionnaires autant que l'avenir de la révolution sont questionnés, et les engagements individuels, et la notion de famille… Des interrogations qui dépassent le moment historique que ressuscite la pièce. Celle-ci est sombre, dure, et les comédiens de la compagnie Messaline invitent cette âpreté sur la scène avec une puissance d'incarnation exceptionnelle. On s'empoigne, on se jette à terre, on se fusille du regard sans retenue... mais c'est encore quand, à voix brisée, quasi blanche – parfois à peine un murmure – sont évoqués les tortures, les viols, les souffrances de toutes sortes fussent-elles d'humbles tourments, que les interprètes parviennent à faire vibrer le plus intensément l'extrême violence véhiculée par le texte.


La pièce de Heiner Muller a, par bien des aspects, une dimension épique. Marion Descamps la met en valeur par sa mise en scène, et les comédiens, par leur formidable interprétation, la renforcent encore. Ils sont treize pour faire courir le souffle de l'épopée sur le plateau… Leur performance est d'autant plus remarquable que la scène est minuscule. Ils y font tenir leur décor, leur énergie, et tirent un admirable parti de cet espace restreint, de surcroît dépourvu de coulisses.  

J'ai quitté la salle enthousiaste. Tout en me disant que ce spectacle mériterait bien d'être accueilli sur une scène plus vaste et d'être vu par un large public. J'espère que ces représentations "pixelles" vont amorcer une belle carrière pour ce Ciment-là...

 

 

Ciment
d'après la pièce éponyme de Heiner Muller  

(traduction française de Jean-Pierre Morel, publiée aux éditions de Minuit)

Mise en scène et scénographie:
Marion Descamps
Avec:
Paul Besson, Vincent Cheikh, Stéphane Dennu, Marion Descamps, Cécile Galissaires, Vivien Guarino, Florian Laforge, Mélodie Le Blay, Charlotte Paumelle, Solenne Rodier, Margaux Rossi, Elie Taïeb, François Telombre
Costumes:
Emmanuelle Ballon
Création lumières:
Florian Laforge
Durée:
1h30

 

Le spectacle s'est joué du 4 novembre au 30 décembre 2011 les vendredis et dimanches à 19h30 au théâtre Pixel – 18 rue Championnet, 75018 Paris.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Evanescences
    Revenir à la vie en "écrivant sur"... J'y crois, dur comme fer, dès que j'ouvre un livre. Très vite naissent, plus ou moins fragmentaires, des pensées que je verrai s'infirmer ou se confirmer au fil des pages en tout cas se compléter, s'affiner, se développer...
  • Où donc...
    ... ma façon de lire qui fait foisonner les idées, les mêle d'émotivité et d'intuitions plus ou moins floues puis qui parvient sans trop de peine à organiser tout cela en pensée articulée, toute prête à impulser un geste scriptural suffisamment sûr pour...
  • Retour aux chroniques...
    Enfin... timide retour: le vrai, celui qui signifie des publications assez régulières et consacrées à des livres, des spectacles ou des expositions, s'est amorcé il y aura bientôt un an sur k-libre . Il s'est interrompu depuis plus d'un mois, les ouvrages...
  • Emergence
    Depuis janvier à nouveau le désert, l'immense désert de silence au bord de nuits qui n'en finissent pas d'être ombres profondes, abîmes parcourus de tourmentes malgré ici ou là quelques trouées de lumière qui empêchent l'absolue déréliction de submerger...
  • Inactualité...
    Au printemps 2021, histoire de retrouver un peu d'oxygène mental grâce à l'écriture mais n'ayant plus aucune motivation pour me risquer aux «introspcopies», et pas davantage pour muser en «petites errances», je me suis dit que la meilleure voie était...

Pages