Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 14:08

Avant d’être cette pièce emblématique aux didascalies d’une extrême précision, où la métaphore totalitaire se double d’un minutieux travail dramatique sur la prise de parole et l’échange conversationnel – répliques ébauchées et laissées en suspens, personnages qui parlent en même temps, jeu longuement développé autour des syllogismes et des renversements d’expressions figées – Rhinocéros a été une nouvelle écrite à la première personne dont le narrateur, Béranger, raconte comment, peu à peu, les gens autour de lui se sont transformés en rhinocéros. L’argument est identique mais, à mes yeux, la portée signifiante légèrement différente pour les deux œuvres – là où la pièce s’engage sur la voie du "théâtre de l’absurde" et, par là, questionne en profondeur la manière dont le langage véhicule, détourne ou évacue le sens des mots, la nouvelle met davantage en évidence la montée de la terreur et de la paranoïa chez le narrateur et rend plus claire la signification symbolique de la prolifération des rhinocéros.

decor-rhinoceros_NB.jpgC’est le texte de la nouvelle que Jean-Marie Sirgue a choisi d’adapter pour la scène, voici une dizaine d’années. Évoluant dans un décor qui reproduit un appartement de style années 50 – reconnaissable à quelques objets emblématiques, par exemple un poste de TSF, un Frigidaire… – à triste mine qui semble avoir réchappé d’un bombardement, il interprète magnifiquement ce monologue polyphonique: il est Béranger mais module avec suffisamment de finesse gestes et intonations pour devenir chacun des personnages audibles à travers la voix du narrateur… sans cesser d’être Béranger. C’est un très beau travail de comédien, tout en subtilité, qui sert aussi bien le fond que la forme de la nouvelle de Ionesco.

Dans une première version le spectacle reprenait mot pour mot l’intégralité du texte de la nouvelle et, sur la dernière phrase, de tonalité assez désespérée, le comédien esquissait un suicide par veines tranchées. Cette version perdura jusqu’à ce qu’en 2004 on lui demande de jouer son Rhinocéros pour honorer la mémoire des résistants de l’Indre-et-Loire. Il décida alors de modifier la fin du spectacle en y ajoutant la dernière phrase de la pièce, qui sonne comme un geste de révolte, et de la dire avec un pistolet-mitrailleur Sten en main. Il apprit plus tard que l’arme, authentique, qu’il utilisait sur scène correspondait vraiment au modèle dont se servaient les résistants – une arme rudimentaire qui, paraît-il, a causé beaucoup de dégâts chez ceux qui la manipulaient. Il en a été ému et, depuis, conclut chaque représentation par une brève intervention expliquant tout cela.

 

Quand Jean-Marie Sirgue était venu à Sarlat présenter Rhinocéros à Sainte-Claire, le 29 juillet 2009, il avait fallu ajouter quelques rangs de sièges supplémentaires tant le public avait été nombreux. Une affluence exceptionnelle qui devait sans doute beaucoup, supputa-t-on, au nom de Ionesco.
Puisse cette petite chronique inciter les spectateurs à aller voir cette pièce au moins autant pour son interprète-metteur en scène que pour l'illustre auteur du texte...

 

rhinoceros_c-raynaud.jpg

 

Le spectacle, qui continue à tourner en fonction des demandes, est à voir très prochainement dans le Lot – le vendredi 6 août à 20 heures – dans le cadre du Festival de Figeac.

Organisé chaque été par Les Tréteaux de France de Marcel Maréchal, l’événement, qui débutera le jeudi 29 juillet et s’achèvera le samedi 7 août, fêtera cette année son dixième anniversaire. Autour de la programmation théâtrale proprement dite et des rencontres quotidiennes qui, comme à Sarlat, permettent au public de converser avec les artistes tous les matins à 11 heures lors des "Apéros Tréteaux", toutes sortes d’animations – de la lecture publique au spectacle de rue en passant par des entretiens et conférences – sont proposées en divers lieux de la ville et ses proches environs. Le détail du programme est consultable sur le site des Tréteaux de France, et peut également s’obtenir auprès des Services culturels de Figeac-communautés, qui gèrent les réservations.

 

Services culturels de Figeac-communautés

2 boulevard Pasteur

46100 Figeac. Tél : 05.65.34.24.78.


Rhinocéros
D’après la nouvelle d’Eugène Ionesco
Mise en scène et interprétation:
Jean-Marie Sirgue
Décors:
Marie Sirgue, Roberto Cedron, Régine Chourane
Costume:
Caroline Gruer
Musique originale:
Gianni Gebbia
Durée:
45 mn
Compagnie:

Théâtre de la Fronde

Partager cet article

Repost 0
Publié par Yza - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Voir ou ne pas voir...Chercher à voir ou pas...
    . .. ou les scories d'une sortie photo ratée – ratage relatif puisqu'il en sort ce qui suit. Dimanche 8 octobre. La lumière est belle sous les gris en tumulte du ciel parfois liserés d’un mince rehaut de clarté jaunâtre. Le temps est calme, à peine froissé...
  • In extremis
    Plus que quelques heures avant que soit irrémédiablement (vous entendez? —diablement! et en effet c’est bien de malignité qu’il s’agit quand s'évoque l'implacabilité du temps passant) consommé ce dernier jour de septembre et rien encore n'a été déposé...
  • Rétro-journal sarladais en ... épisodes
    ÉPISODE 2 Vendredi 4 août18 heures. Dans une heure débutera la représentation au Plantier. La chaleur est écrasante et le ciel d’un bleu obstiné, têtu. Le soleil, à 19 heures, sera encore assez haut pour faire taire les ombres qui pourtant s’allongent...
  • Petite pensée déprimée
    Trouver le chemin qui mène du percept, ou de la pensée, au texte puis en couvrir la distance de bout en bout… cela m’est chaque jour plus difficile. Et je ne fais guère plus que rêver mes phrases au lieu de les écrire – rêvées, encore intangibles, elles...
  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...

Pages