Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 13:32

Je l’avais compris à demi-mot lors de ma dernière visite au théâtre du Lierre, le 13 novembre : la situation matérielle, d’inconfortable et précaire, était en train de devenir critique. Tandis que j’attendais Éric Minh Cuong Castaing (danseur chorégraphe, fondateur de la compagnie Shonen) pour une interview, Farid Paya, le visage soucieux, me glissait que le théâtre avait "de très gros soucis" et que sa survie était plus menacée que jamais. Des réunions avec les représentants des pouvoirs publics étaient encore à venir et, me dit-il, "je vous recontacterai en fonction des décisions qui seront prises. Il se pourrait que nous ayons à entamer une grande campagne de presse…"
N’ayant pas reçu d’autres messages depuis je pensais, naïvement, que la menace était levée. Non : elle s’était tout bonnement muée en couperet… Ainsi en arrivant au théâtre hier soir pour assister à l’une des représentations proposées par la compagnie À fleur de peau je découvrais cette affichette alarmante – Le cri du Lierre – La Drac (Ministère de la Culture) a annoncé son intention de se désengager financièrement vis-à-vis du Lierre, ce qui compromet à court terme son existence. – et, à l’accueil, une pétition à signer.
 
Il est vrai que les subsides du Lierre ne cessent d’aller se raréfiant – Dans notre cas, les subventions de la Ville de Paris stagnent depuis 2002. Celles de l’État ont même été diminuées en 2007, écrit Farid Paya dans son édito de la brochure 2009/2010. L’annonce du désengagement financier de la Drac s’inscrit donc dans un processus certes déplorable mais hélas déjà amorcé…. Pourtant, dans cette même brochure, est évoqué le Nouveau Lierre […] un très beau théâtre, plus spacieux et plus confortable. À la rentrée 2011 en effet, un bâtiment tout neuf conçu par l’architecte Ignacio Prego à la demande de la Ville de Paris dans le cadre du vaste chantier que représente la rénovation du quartier Chevaleret devrait accueillir le public. Fort bien. Mais qui occupera ce lieu demain si, aujourd’hui, on empêche les artistes à qui il est destiné d’exister ? À quoi rime de mettre à la disposition de créateurs un nouveau lieu si dans le même temps on les prive des ressources qui leur permettent de vivre et de créer ? Parce que sans soutien financier, il est à craindre que l’équipe du Lierre soit très vite contrainte à cesser de travailler. Et le Nouveau Lierre sera, en 2011, une grande coque vide – une trop belle écorce sans plus de tige vive à protéger…

Mais le Lierre reste combattif, affirme Farid Paya, toujours dans l'édito de la brochure 2009/2010. C’était sans doute, lors de la rédaction, une simple manière de dire qu’envers et contre toutes les difficultés, les spectacles, conférences, rencontres, Atelierres et stages allaient continuer en 2009/2010. Aujourd’hui que les ressources sont en passe d’être supprimées, "être combattif" signifie, pour les gens du Lierre, beaucoup plus que continuer leur oeuvre - il s'agit pour eux de se mobiliser tous azimuts pour alerter le public et les médias. Leur principal organe de protestation est, pour l’heure, une pétition à signer – en ligne en cliquant ici, ou bien sur papier à l’accueil du théâtre (22 rue du Chevaleret – 75013 Paris). Vous pouvez vous-mêmes diffuser cette pétition via vos contacts internet, ou bien récupérer sur place quelques feuillets imprimés et les faire signer autour de vous puis les renvoyer au théâtre par courrier. L’on peut aussi écrire une lettre de soutien au Lierre…

Sauver le Lierre, c’est préserver un espace culturel et artistique d’ouverture, d’échange, de générosité envers le public et les artistes. Faire un geste pour cela, c’est se sentir pleinement "honnête homme", en un mot homme tout court, car il ne saurait y avoir d'humanité sans art - et sans artistes.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Yza - dans Billets
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages