Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 12:09

Écrire après coup, toujours.
Écrire quand, enfin, on a trouvé ce juste point où brûle encore l’ardeur des émotions ressenties – si fugace mais sans laquelle aucune phrase n’aura de sève – et qui en même temps est assez éloigné du foyer émotionnel pour que l’esprit puisse prendre la distance qu’exigent l’ajustement du langage écrit à la force brute de l’émotion, et le cheminement souvent très lent que parcourt la pensée pour lier ensemble de manière cohérente, intelligible à d’autres que soi, tout ce qu’un spectacle aura suscité qui demande à être dit.
Parfois cette pensée si lente, et rétive à s’ordonner, se tient en une telle immobilité de bête morte que la formulation continue de balbutier tandis que les souvenirs ont déjà beaucoup terni. Il faut alors accomplir un patient effort de reconstruction pour tâcher non pas de raviver une flamme éteinte mais de redessiner une image, la plus exacte possible, de cette flamme. Distanciation supplémentaire certes mais qui pourra s’avérer in fine sillon fécond plutôt qu’infranchissable fossé.

final luneLe 61e festival des jeux du théâtre de Sarlat est clos, et ma plume à la traîne: elle erre encore du côté de Sainte-Claire, avec Arnaud Denis et ses pérégrinations Autour de la folie, peinant à faire la part entre l’objet scénique en lui-même et les signifiances qu’il véhicule – une mine, rien que cela… – les inévitables réminiscences personnelles qu’il draine – mais ont-elles leur place dans une chronique? Ne doivent-elles pas être laissées sous le boisseau? – et les réflexions plus générales, hors spectacle, et hors littérature, sur les troubles du psychisme. Tant de "choses à dire" se pressent là dans le désordre! Malgré cela, elle a su répondre sans que j’aie trop à la prier au véritable coup de cœur que j’ai eu pour Le Porteur d’histoire qui, lui – à deux soirées près – a presque clôturé le festival… Elle piaffe aussi après Monsieur chasse! et a commencé de tresser une belle couronne de lauriers à ce monument boulevardier – je n’ai pas ri ni même souri, je n’aime pas le vaudeville mais le spectacle était brillantissime et ce qui fonde cet éclat assez facile à exprimer. La folie devra attendre encore un peu… et avec elle les autres bribes qui volettent, trop éparses, autour de Chez Jeanne, de La Pitié dangereuse, de Cyrano, de… toutes les pièces que j’ai vues cette année, bribes auxquelles se mêlent des considérations rétrospectives, ressortissant à une sorte de bilan, des impressions humaines très fortes – matière compacte, et confuse, brute…

Ô bizarreries des dispositions scripturales qui ne se soucient ni de chronologie, ni de logique, pas même d’intensité émotionnelle. Tant pis: je m’en remets à leur gouvernement qui ne m’a, après tout, jamais trop gravement trahie.

L'ultime matinée plamonaise du samedi 4 août s’est déroulée à tout petit comité. De ce noyau dur de festivaliers, où manquaient quelques-uns des plus fidèles assidus, j'ai retenu quelques voix: telle spectatrice qui suit le festival depuis vingt ans, telle autre depuis quatre,  cette autre encore qui prépare son séjour théâtral tout au long de l’année, loin de Sarlat, en allant voir de très nombreux spectacles et qui partage ensuite ses impressions au téléphone avec ses amis, eux aussi festivaliers… Aucune de ces voix n'a discordé: je n’ai entendu ce matin-là que des louanges à l'endroit de la programmation 2012. Je ne pense pas me tromper en imaginant que c'était là le reflet fiable d’un "indice de satisfaction" plus général. Tous les enseignements de cette édition ne seront véritablement tirés que bien plus tard. Néanmoins de grandes lignes esquissant le prochain festival sont déjà visibles: les dates en sont arrêtées – du 20 juillet au 5 août 2013 – et le comité d’organisation, sachant qu’il devra se satisfaire d’un financement à peu près équivalent à celui de cette année, prévoit de programmer le même nombre de spectacles, soit dix-huit.

Cela étant écrit, je consens avec moins de remords à battre les pages du calendrier comme je ferais d’un jeu de cartes et à ébouriffer ainsi la succession des jours passés au gré des phrases qui daigneront tailler leur route dans la luxuriance des émotions révolues – mais pas mortes et encore chaotiques. Puisse l'hommage que je souhaite rendre aux artistes n'en pas trop souffrir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Voir ou ne pas voir...Chercher à voir ou pas...
    . .. ou les scories d'une sortie photo ratée – ratage relatif puisqu'il en sort ce qui suit. Dimanche 8 octobre. La lumière est belle sous les gris en tumulte du ciel parfois liserés d’un mince rehaut de clarté jaunâtre. Le temps est calme, à peine froissé...
  • In extremis
    Plus que quelques heures avant que soit irrémédiablement (vous entendez? —diablement! et en effet c’est bien de malignité qu’il s’agit quand s'évoque l'implacabilité du temps passant) consommé ce dernier jour de septembre et rien encore n'a été déposé...
  • Rétro-journal sarladais en ... épisodes
    ÉPISODE 2 Vendredi 4 août18 heures. Dans une heure débutera la représentation au Plantier. La chaleur est écrasante et le ciel d’un bleu obstiné, têtu. Le soleil, à 19 heures, sera encore assez haut pour faire taire les ombres qui pourtant s’allongent...
  • Petite pensée déprimée
    Trouver le chemin qui mène du percept, ou de la pensée, au texte puis en couvrir la distance de bout en bout… cela m’est chaque jour plus difficile. Et je ne fais guère plus que rêver mes phrases au lieu de les écrire – rêvées, encore intangibles, elles...
  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...

Pages