Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 14:00

Pour Patricia - alias LLT

 

Je ne l’ai rencontrée qu’une fois, peut-être deux quand, en 2004, elle avait rejoint l’équipe du Littéraire et que s’organisaient encore des "réunions de rédaction" – les chroniqueurs se retrouvaient toutes les cinq ou six semaines environ dans un café parisien autour du fondateur du site pour choisir, parmi les livres qu’on lui avait envoyés en service de presse, ceux dont ils allaient traiter. Par la suite, les réunions se sont raréfiées jusqu'à disparaître, mais nous sommes restées en contact suivi: j’avais alors pour tâche de relire et de corriger avant publication les articles mis en ligne sur le Littéraire et chacune de ses contributions était l’occasion d’un rapide échange de courriels, bien plus amicaux que "professionnels". Ses articles, parfaitement aboutis, étaient de ceux que j’appréciais le plus: les lire ne relevait pas du travail mais du pur plaisir – le lui ai-je assez dit, quand j’accusais réception de ses textes? Et puis il n’y avait jamais rien à reprendre, sinon de temps en temps une faute ici, ou là, qui ne pouvait être que d’inattention. J’aimais sa concision, l’expressivité qu’elle savait mettre dans ses phrases toutes simples pour dire combien un livre pouvait être important, amusant, passionnant… pour les jeunes lecteurs à qui il est destiné. C’était un bonheur de les mettre en ligne et je me disais qu’ils étaient de ceux qui faisaient honneur au Littéraire. 

 

Lorsque j’ai quitté le Littéraire, j’ai lu ses chroniques avec moins d’assiduité mais toujours avec le même plaisir – par goût pour sa plume de chroniqueuse car la littérature "jeunesse" n’est pas un sujet qui me passionne. Nos contacts ne se sont pas rompus pour autant; d’une part nous nous sommes "retrouvées" sur un autre site, k-libre.fr. Et puis elle m’a suivie sur mon petit coin de toile – ici même, épinglant régulièrement au bas de mes "Petites errances" ou de mes "Brèves d’un jour" des commentaires encourageants qu’elle signait LLT, son pseudo de BDblogueuse. Mais je doute d’avoir exprimé avec justesse dans mes réponses à quel point j’étais touchée de ce qu’elle, lectrice avisée, et femme d’écriture – elle a publié un receuil de textes divers, La Kermesse, aux éditions Le Bruit des autres –, ait de l'estime pour mes jetés de mots. Même quand elle ne commentait pas, je la sentais présente, là, à suivre mes pages comme par-dessus mon épaule.

 

Aujourd'hui, elle n'est plus là. Je n’entendrai plus, par commentaires interposés, ses encouragements, ses clins d’œil qui laissaient deviner ses inclinations artistiques – sa tendresse pour les sculptures de Brancusi, par exemple… Mais comme avant je continuerai de voir se lever à mes côtés, chaque fois que je publierai quelque chose en noires terres, l’image qu’elle s’était choisie pour avatar, et comme avant je continuerai à me demander, presque en lui parlant, "tiens, je serais curieuse de savoir ce que tu penseras de ça…"

J’étais très sensible à ses messages. Moi, de mon côté, je ne lui ai jamais écrit au sujet de son livre. Je ne lui aurai même pas offert cela, à elle qui m’a tant donné à travers ses commentaires, courts en général, mais denses, chaleureux, chargés pour moi d’un sens profond. Je sais bien qu’on ne se dédouane pas n’avoir été inattentif à quelqu’un en lui écrivant des oraisons funèbres et des hommages post mortem – ce ne sont donc pas ces quelques lignes qui compenseront mes torts et manquements. Pourtant je les écris malgré tout: je ne crois pas qu’après la mort on continue à avoir un œil sur les vivants et à pouvoir pardonner ou garder rancune mais, de cela, je ne puis être absolument sûre… alors peut-être que, de poussière d’étoile en vapeurs de monde, tout ça finira plus près de LLT que je ne saurais l’imaginer.

 

Patricia Châtel est décédée le jeudi 26 mai 2011.
"Des suites d’une longue maladie" comme on a coutume de l’écrire. Une maladie dont elle m’avait dit quelques mots par courriel, à propos de ses séjours à l’hôpital, des traitements, de ses phases de convalescence… Des messages directs et discrets d'où je sentais sourdre du courage, de la volonté, quelque chose aussi, m’a-t-il semblé, qui relevait de l’optimisme et de la joie de vivre. Le peu que j’ai perçu d’elle, à travers ses commentaires, ses messages, ses chroniques, et ce que m’ont dit deux de ses amis proches, Serge Cabrol et Brigitte Aubonnet*,  m’inspire une seule conviction:elle était ce que l’on appelle "une belle personne". 

 

* Fondateurs de la revue Encres vagabondes - où figure un bel hommage dans la rubrique "Infos".

 

pour-LLT.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 05/06/2011 18:48


Merci pour votre réponse.
J'avais vu le commentaire de Midolu.

Il est vrai que j'avais lu et présenté La Kermesse sur mon blog lors de sa sortie. J'avais eu la chance d'obtenir une dédicace lors du marché de la poésie l'an dernier.

Mais je crois qu'en ce qui concerne son activité professionnelle, vous êtes mieux placée que moi pour en parler.

Merci encore.


Quichottine 03/06/2011 08:44


On ne peut pas être partout à la fois... Je crois que c'est la première chose qui me vient à l'esprit.

La seconde est qu'il ne faut jamais regretter ce qui n'a pas eu lieu ou se sentir coupable de ce qui n'a pas été fait.

Patricia était quelqu'un d'extraordinaire et ce que vous peignez ici me touche profondément.

Ce n'est pas ce dédouaner de dire ce que l'on ressent lors de la disparition d'un être qu'on aimait.

Merci de l'avoir fait.


Yza 05/06/2011 18:42



Vous avez raison, Quichottine: il ne faut jamais regretter ce que l'on n'a pas fait - mieux vaut savoir demeurer attentif et tâcher, au jour le jour, autant qu'on le peut, de marcher droit et de
rester en accord avec soi-même. Juste avant vous, "midolu" a laissé un commentaire dans lequel vous êtes cité (e?) pour lui avoir fait "approcher les écrits de Patricia".


Cordialement, Yza



midolu 31/05/2011 13:09


C'est Quichottine qui m'a fait approcher les écrits et la sensibilité de Patricia.
Par ce texte, vous poursuivez un portrait émouvant et chaleureux.
Merci ...


Louis CHATEL alias Gros Louis 30/05/2011 09:09


Merci pour ce texte... je venais juste corriger un détail au niveau de son blog cité sur K-Libre et suis tombé sur cet article qui m'a touché.
Pour en revenir au blog BD au CDI (titre original, d'où l'adresse), c'était le support de son atelier BD avec publication des réalisations des élèves.
La maladie l'ayant contraint à arrêter cette activité, le blog a survécu avec ses chroniques sur la BD puis nous avons changé le titre pour officialiser la migration. Pour information, le choix de
conserver l'adresse était déjà une contrainte de la plateforme pour ne pas perdre le référencement.

Je reste naturellement à disposition pour tout complément.

Cordialement.

Louis CHATEL


Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages