Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 14:53

À la faveur d'une interview qu'elle m'a récemment accordée (qui sera prochainement mise en ligne), l'éditrice Diane de Selliers, abordant le problème des livres dits "défraîchis", a évoqué une polémique qui a été soulevée à la fin de l'année dernière, lors de la braderie annuelle qu'organise chaque année au début du mois de décembre l’École nationale des beaux-arts de Paris.

 

Cette manifestation permet aux éditeurs d’art de vendre directement au public et à prix réduit les livres que les libraires leur ont retournés – parmi eux les exemplaires non vendus qu’ils ne peuvent stocker, et "les défraîchis", qui sont des ouvrages neufs mais abîmés: des manipulations peu soigneuses ont endommagé les reliures, enfoncé des coins, lésé les dos… une exposition prolongée en vitrine a gâté les couleurs du coffret ou de la couverture… Parfois les blessures atteignent le livre malgré le film protecteur qui n’a même pas été ôté – des éraflures, une déformation des plats qui ont trop brutalement rencontré d’autres livres… Ces lésions, qui pourront n’être pas trop graves pour un volume d’édition courante destiné à une vie de baroudeur – trimballé au fond d’un sac, dans une poche de veste, partout où son lecteur voudra l’emmener – sont des dommages irréparables pour un livre d’art, font de lui une "gueule cassée" que l’on ne peut plus vendre au prix fort parce que ce prix, généralement élevé et certes justifié par la noblesse des matériaux, la qualité de fabrication, le temps que sa réalisation a exigé, donne à l’acheteur le droit de l’attendre irréprochable. Pourtant, une balafre sur un coffret n’empêche pas l’ouvrage qui se trouve à l’intérieur de demeurer magnifique. Mais ce sont là des subtilités auxquelles, semble-t-il, les urgences et les exigences, souvent aberrantes, du système économique empêchent de s’arrêter. Alors les invendus, s’ils n’ont pas la chance de rejoindre le circuit des solderies, sont pilonnés. Une horreur pour quiconque aime les livres et qui frémira à la seule idée qu’un mauvais roman à trop gros tirage imprimé sur du mauvais papier habillé d’une méchante couverture puisse être pilonné. Comment, alors, ne pas se révolter à l’idée que des ouvrages d’art puissent être pilonnés! Diane de Selliers a toujours refusé que ses livres connaissent ce triste sort:
Chez les diffuseurs, il y a, pour les livres comme les nôtres, un service spécial, qui reprend tous les livres un par un et qui, en fonction de leur état, tâche de les reconditionner. Alors nous fournissons des réserves de codes barre, des coffrets vides… autant d’éléments pour que l’on puisse restaurer nos livres. Si la restauration est impossible, on nous les renvoie parce que nous ne voulons pas qu’ils soient pilonnés: chaque livre qui sort de notre maison est aimé, respecté; non seulement il est beau, mais il est le fruit de longues recherches, d’un travail extrêmement minutieux. C’est insupportable de savoir des livres comme ceux-là – et tous les livres en général, même médiocres – promis au pilon. Mais alors que faisons-nous de ces livres? Les caves se remplissent vite! Et la loi nous interdit, sauf dans des conditions extrêmement précises, de les vendre directement à prix réduit. Alors nous en donnons aux hôpitaux, aux bibliothèques, aux libraires qui ont besoin d’exemplaires de démonstration… Et cette braderie de l’École des Beaux-arts est pour nous une magnifique opportunité de rendre accessibles à des lecteurs peu fortunés – des étudiants notamment – des livres encore beaux malgré qu’ils soient "défraîchis".


La dernière braderie, qui a eu lieu les 3 et 4 décembre derniers, a déchaîné la colère des libraires parisiens qui ont crié à la concurrence déloyale: c’est en effet en novembre et décembre, à l’approche des fêtes de fin d’année, qu’ils réalisent la quasi totalité de leurs ventes de beaux-livres. Sans ce chiffre d’affaire, leur situation se précarise encore quand elle est déjà difficile pour beaucoup d’entre eux. Comment vendre au "prix éditeur" ces livres d’art si, pendant cette période qui est pour ainsi dire la seule où ils peuvent espérer les vendre, le public trouve à côté de leurs boutiques les mêmes ouvrages à moitié prix? À quoi Diane de Selliers a répondu:
J’entends tous vos arguments, et je suis très sensible aux difficultés des libraires mais alors que faisons-nous de nos livres défraîchis si nous ne pouvons ni les vendre à prix réduit, ni les stocker, ni accepter de les faire pilonner?


La solution qu’elle a proposée serait d’organiser la braderie à une autre période de l’année. La clientèle habituelle des librairies continuerait ainsi à y acheter ses cadeaux de fin d’année tandis que les lecteurs qui achètent de toute façon des livres d’art quelle que soit la période pourraient bénéficier de ces prix cassés sans lesquels nombre de ces ouvrages précieux pour eux leur resteraient inaccessibles.
Sa proposition sera-t-elle entérinée? En attendant qu’une décision soit arrêtée qui satisfera les libraires, les éditeurs, les lecteurs désargentés… et le législateur, Diane de Selliers vend à prix réduit, pendant quelques jours encore dans sa boutique*,  ses livres défraîchis qui ne sont plus commercialisés.

 

* L'offre prendra fin le mercredi 29 février. Pour en profiter, il faut se rendre au 20 rue d'Anjou, 75008 Paris. Tél.: 01.42.68.09.00. 
Une visite à la boutique permet de voir les livres, de feuilleter les exemplaires de démonstration – l'on prend ainsi la mesure de leur exceptionnelle qualité. Une exploraion préalable du site internet de la maison fournira un bel aperçu du catalogue tant sont belles, précises et développées les présentations concoctées pour chaque ouvrage.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Yza - dans Billets
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages