Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 10:16

Avoir le cœur lourd de "vouloir-dire" qui ne se peuvent formuler – si lourd, jusqu’à la nausée, tel un œsophage empli d’un bol alimentaire perturbant qu’il ne parvient ni à régurgiter ni à propulser vers l’estomac.
Être envahie de mots en amas chaotiques à en vomir et ne pas pouvoir gerber – jeter en gerbe hors de soi un de ces jaillissements qui serait beau tout de même de son désordre et qui débonderait l’esprit de ses encombrements!

Rester là, juste au seuil de l’éjection, là où l’on souffre, là où rien ne se passe qui puisse soulager – nuages accumulés, stagnants, qui pèsent leur poids de plomb sans que l’orage crève.

 

chaos-desertiques.jpg
Et moi de cette ondée minuscule, de ces postillons devrais-je écrire, je me satisfais car ils viennent de me révéler ce que sont, la plupart du temps, les phrases infinitives…
On écrit à l’infinitif pour n’être pas dans son énoncé à part entière en tant que sujet, mais en disant malgré tout ce qui brûle d’être dit: les verbes convoquent une action sans qu’aucune personne soit engagée dans le procès exprimé. On tait le "je". Sans lui substituer un "il" ou un "on" qui ne signifieraient rien puisqu’il ne s’agit en réalité que de "moi aspirant à la parole". Mais "moi" ne s’assume pas, et c’est cela que disent les infinitifs: un "moi" qui se nie. C’est autre chose que la "non-personne" incarnée par "on" ou par une troisième personne à vocation anonyme.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Belle écriture, limpide.<br /> Marie-Annick
Répondre
Y
<br /> <br /> Merci pour ces mots déposés au passage... Il y a une suite qui te doit beaucoup (à venir, quand j'aurai fini de lui donner la forme qui me paraîtra correcte :-)<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Fléchissement de la volonté
    De nouveau le désert, et l'insondable aridité. Aujourd'hui 15 novembre - qui est un jour devenu mémorable depuis 2020, un "anniversaire" donc, mais d'une amertume singulière qui n'a pas encore passé comme sont censées le faire, prétend-on, les plus grandes...
  • Silveries virant (presque) banksie
    En marge des lectures vouées aux chroniques, des travaux de correction, je persiste dans mon intention d'explorer la série des Miss Silver Mysteries en suivant, autant que possible, l'ordre de parution original. Par pur plaisir, et aussi par curiosité...
  • Une belle journée (?)
    Samedi 17 septembre 2022 Le ciel au-dessus de soi Comme un vaste puits de lumière Bleu pur et dur Pas d’issue – les ombres sont abolies Ne reste au loin qu’un horizon nu. Nulle part où aller – pas de repli Rien autre que l’intenable face-à-face avec soi-même...
  • Et si....
    Un de ces "si" avec lesquels tout est possible, pas seulement la mise en bouteille de Paris. Donc pour moi, pour ainsi dire néo-Nykthéenne après une si longue retraite, un retour durable. Et si... ... je commençais par un geste radical? Une décision de...
  • Le grand fossé
    Jamais jusqu’à présent le silence, le grand blanc de l’absence n’avait été aussi long – si long qu’à chaque tentative pour le rompre qui échouait au seuil de l’intention (se résumant à quelques fichiers inachevés fourrés dans un dossier «brouillons»,...

Pages