Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 11:03
La scène est tout de noir habillée, et le plateau ne montre, en termes de décor, que quatre chaises. Noires elles aussi. L’austérité dépouillée attendue pour un concert classique… Les musiciens sont à l’avenant : ils arrivent sérieux, un peu rigides sanglés dans leur costume de soirée – veste queue-de-pie, chemise blanche et nœud papillon, pantalon noir. Quelque chose d’imperceptiblement réjoui dans les physionomies laisse cependant affleurer la facétie prochaine, et l’on se doute que l’on va bientôt rire…

En effet : à peine le concert a-t-il commencé qu’un des musiciens se lève pour aller tirer de l’habit de son voisin… un cintre, qui aussitôt est substitué à l’archet de celui-ci. Et ainsi de suite jusqu’à ce que tous jouent du cintre en lieu et place de leur archet. Un peu plus tard le gag se répète, avec un peigne cette fois. Ce serait d’une drôlerie banale si les sons obtenus en étaient gâchés, ce qui n’est pas le cas : la musique reste superbe dans le gauchissement même des sonorités ! Et encore ces clowneries seraient-elles à peine extraordinaires… si elles n’épiçaient un sketch par ailleurs beaucoup plus riche reposant sur une série de glissements musicaux à partir des Quatre saisons de Vivaldi – à l’automne par exemple surgit au détour de la partition Les Feuilles mortes de Prévert – et à travers lequel les quatre artistes donnent déjà un échantillonnage des multiples talents qu’ils développeront avec bonheur en enchaînant pendant presque deux heures une série de sketches plus désopilants les uns que les autres : voix magnifiques aux tessitures étendues capables de chanter a cappella, en chœur, en solo ou en canon ; corps mobiles, souples, et visages magnifiquement expressifs comme l’étaient ceux des comédiens burlesques, un sens du gag époustouflant où se révèle une incroyable inventivité et, par-dessus tout cela, une fascinante capacité à étirer en tous sens les possibilités musicales de leurs instruments sans jamais tomber dans la dysharmonie – même lorsqu’ils tâchent de faire couaquer leur violon ou leur voix, cela demeure harmonieux !

En un subtil crescendo ces virtuosités diverses s’additionnent, se conjuguent et s’enrichissent mutuellement au fil des sketches, chacun centré sur un type musical – musique sacrée, médiévale, slave… pop-rock anglo-saxon – ou une saynète archétypique – le concert familial, la leçon… le rythme est soutenu, molto vivace mais habilement scandé par des moderati permettant de savourer la musique qui, avec le chant, reste tout de même maîtresse des lieux.
Il n’y a aucun sketch qui soit à admirer moindrement qu’un autre ; tous sont d’un exceptionnel niveau artistique. Je retiendrai toutefois les deux leçons de chant et de musique dispensées par un maestro emperruqué plus folle que ma tante et, dans l’ensemble du spectacle, ce que ces artistes formidables parviennent à obtenir de leurs instruments, dociles sous leurs doigts agiles comme s’ils obéissaient à Orphée – imaginez l’hymne américain version Hendrix joué avec des violons aussi rugissants que des guitares électriques, ou encore un violoncelle à qui l’on fait rendre le son syncopé de l’harmonica accompagnant On the road again

La prestation du Quatuor fut éblouissante ; les spectateurs, conquis, se sont levés pour la saluer d’une retentissante ovation. Sans pitié pour les artistes, à n’en pas douter exténués au sortir de scène, nous avons probablement été nombreux à imaginer que, rappel après rappel, le show allait se poursuive ainsi jusqu’à plus d’heure… Il a pourtant fallu quitter son siège, avec au cœur une émotion qui, bien au-delà du plaisir théâtral, se situe en un lieu ineffable vers lequel très peu de spectacles parviennent à emmener leur public.


Corps à cordes
Spectacle musical écrit et conçu par Le Quatuor
Arrangements musicaux :

Le Quatuor ou Patrice Peyrieras
Le Quatuor :
Jean-Claude Camors (violon),Laurent Vercambre (violon), Pierre Ganem (alto), Jean-Yves Lacombe (violoncelle)
Mise en scène :
Alain Sachs
Direction musicale :
Cécile Girard
Direction technique :
Dominique Peurois
Accessoires :
Denis Richard
Costumes :
Pascale Bordet
Durée :

1h40

Représentation donnée le vendredi 24 juillet place de la Liberté.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LMC 11/04/2017 09:40

Ce spectacle a bien fait parler de lui et pour cause... il est fantastique !

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Voir ou ne pas voir...Chercher à voir ou pas...
    . .. ou les scories d'une sortie photo ratée – ratage relatif puisqu'il en sort ce qui suit. Dimanche 8 octobre. La lumière est belle sous les gris en tumulte du ciel parfois liserés d’un mince rehaut de clarté jaunâtre. Le temps est calme, à peine froissé...
  • In extremis
    Plus que quelques heures avant que soit irrémédiablement (vous entendez? —diablement! et en effet c’est bien de malignité qu’il s’agit quand s'évoque l'implacabilité du temps passant) consommé ce dernier jour de septembre et rien encore n'a été déposé...
  • Rétro-journal sarladais en ... épisodes
    ÉPISODE 2 Vendredi 4 août18 heures. Dans une heure débutera la représentation au Plantier. La chaleur est écrasante et le ciel d’un bleu obstiné, têtu. Le soleil, à 19 heures, sera encore assez haut pour faire taire les ombres qui pourtant s’allongent...
  • Petite pensée déprimée
    Trouver le chemin qui mène du percept, ou de la pensée, au texte puis en couvrir la distance de bout en bout… cela m’est chaque jour plus difficile. Et je ne fais guère plus que rêver mes phrases au lieu de les écrire – rêvées, encore intangibles, elles...
  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...

Pages