Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 13:47

Je viens de passer une heure avec un ami photographe, qui avait pour moi un cadeau - un tirage, sublime évidemment...Que pourrais-je écrire d'autre puisque j'adore son travail? Nous nous sommes retrouvés dans un bistrot parisien, encore à l'abri de l'affluence-repas de la mi-journée – une salle tranquille, aux petites tables carrées en bois léger et foncé, portant chacune, discret ornement, un seau de fer-blanc miniature garni d'un rameau fleuri rehaussé d'une peu de verdure (de la fausse végétation mais délicate et qui pose dans ce cadre un peu "à l'ancienne" une touche campagnarde que vient souligner un rayon de soleil encore hivernal qui a trouvé son chemin jusque-là). Les cafés, servis sitôt commandés, sont vite bus. Puis le temps file au gré des grains d'argent évoqués - anecdotes de prises de vue, photos montrées, considérations techniques, projets d'un artiste atypique et talentueux que le numérique ne séduit pas et qui s'est récemment fendu d'un bel éloge du négatif qui vieillit dans un magazine spécialisé (Réponses Photo pour nommer ce qui mérite de l'être).

Vient le moment de reprendre chacun son chemin; la photo a été serrée avec soin dans une revue pour que rien, durant le trajet en métro, ne risque de l'abîmer. Je rêve un peu – l'ambiance de ce tirage, qui me "parle", des envies de photos à faire qu'ont allumées la conversation, Venise en hiver où il a passé quelques jours le mois dernier. Quelque chose d'insistant mais que je ne détermine pas tout de suite est là, une odeur douce qui ne m'appartient pas et qui n'émane d'aucun de mes éphémères voisins de voyage. C'est, je le comprends enfin, l'empreinte résiduelle de l'eau de toilette - ou de l'après-rasage - que devait porter cet ami avec qui je viens de passer une heure. Et je me dis que les parfums, pourtant volatils, ont une étrange présence, plus dense et plus absente à la fois que le souvenir d'une voix ou d'un visage, et moins singuliers aussi puisqu'ils peuvent s'attacher à une infinité de personnes différentes. Quelle prégnance tout de même! Bien là aujourd'hui comme si on les portait soi-même et demain disparus, se dérobant avec un art consommé à toute tentative de rappel mémoriel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nab 31/01/2009 13:23

Belle rencontre qui illumine les frimats d'un hiver parisien que nous avons fui... au profit de la lumière du Sud. En attendant que tu viennes la partager avec nous, nous constatons que déjà tu prends tes marques avec aisance et que ton blog grandit vite !
Nous avons bien du plaisir à te lire hors des bornes du littéraire.com Bienvenue donc dans l'espace internetien fait d'immédiateté mais où la rémanence n'est pas absente non plus... pour qui sait chercher !

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Voir ou ne pas voir...Chercher à voir ou pas...
    . .. ou les scories d'une sortie photo ratée – ratage relatif puisqu'il en sort ce qui suit. Dimanche 8 octobre. La lumière est belle sous les gris en tumulte du ciel parfois liserés d’un mince rehaut de clarté jaunâtre. Le temps est calme, à peine froissé...
  • In extremis
    Plus que quelques heures avant que soit irrémédiablement (vous entendez? —diablement! et en effet c’est bien de malignité qu’il s’agit quand s'évoque l'implacabilité du temps passant) consommé ce dernier jour de septembre et rien encore n'a été déposé...
  • Rétro-journal sarladais en ... épisodes
    ÉPISODE 2 Vendredi 4 août18 heures. Dans une heure débutera la représentation au Plantier. La chaleur est écrasante et le ciel d’un bleu obstiné, têtu. Le soleil, à 19 heures, sera encore assez haut pour faire taire les ombres qui pourtant s’allongent...
  • Petite pensée déprimée
    Trouver le chemin qui mène du percept, ou de la pensée, au texte puis en couvrir la distance de bout en bout… cela m’est chaque jour plus difficile. Et je ne fais guère plus que rêver mes phrases au lieu de les écrire – rêvées, encore intangibles, elles...
  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...

Pages