Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 18:48
mur-de-caveau_TN.jpgIl faut bien, un jour, cesser d’être lâche et consentir enfin à regarder en face ses dérobades, ses procrastinations toujours reconduites. Il me fallait bien un jour, sauf à m’avouer définitivement vaincue, revenir en ces lieux, les contempler désertés depuis des jours, et m’y réinstaller sans geindre. Sans attendre que me quitte cette sensation de me lever le matin noyée d’avance dans le flot croissant des "choses à faire" que je laisse en souffrance. Cela passe par de tout petits gestes – répondre à tous les courriels que je me suis refusée à ouvrir éliminer au passage les pourriels ; trier pareillement mon courrier postal et aller chercher des colis reçus voici… non, il vaut mieux que je ne compte pas ; reprendre mes lectures quotidiennes des Carnets d’Hubert Nyssen et mes visites à la tanière web d’amis qui me sont (très) chers. Tout cela paraît bien insignifiant mais participe, pour moi, d’un même mouvement – un redressement de tout l’être, un "non" au renoncement, timide d’abord et qui finira bien par aboutir à l’accomplissement de quelqu’une des tâches que je me suis assignées. Par exemple – c’est l’une des premières auxquelles je devrais m’atteler : reprendre la publication des notes de lecture de la Mère Michel. Car elle continue à lire et à écrire aussi plaisamment à propos de ses lectures. Ce n’est pas juste envers elle, ni envers son alter ego Michel Host, que de ne plus faire paraître ici ces chroniques délicieuses.

Quant à moi, j’ai lu trop de livres dont je n’ai encore rien su dire alors qu’ils m’ont profondément atteinte – soit d’une joie purement littéraire, soit d’une émotion beaucoup plus complexe et lourde à porter – pour avoir l’esprit serein et bien en ordre ; à cela s’ajoutent de récentes rencontres, passionnantes, avec François Emmanuel puis, un peu plus tard, avec Jean Claude Bologne – des conversations riches qui marquent la mémoire, sédimentent lentement, déposent à leur suite telles des alluvions fertilisantes quantité de réflexions de tous ordres et que j’aurais dû évoquer afin de leur garder toute leur vivacité au lieu de les abandonner au chaos d’une pensée en état de confusion avancée. Pour brouiller davantage ce magma à la fois intellectuel et émotionnel j’apprenais, le 6 mars, le décès de Pascal Garnier, un auteur à qui je suis profondément attachée. Mais c’est à peine si j’ai su envoyer à temps à sa femme un message le jour des obsèques…
Et pendant ce temps, la saison se poursuit au Théâtre du Lierre – qui lutte toujours pour sa survie – avec le début des représentations de Médée et l’exposition, dans le hall du théâtre, des œuvres surréal-symbolistes qu’Otto Kadlecsovics a peintes "Autour du mythe" de Médée.

Sans geindre, ai-je écrit. La prochaine fois que j’aborderai en Terres Nykthes, ce sera avec un "vrai" texte. Ce n’est rien autre que cela, redresser la tête : arriver ici avec un "vrai" texte…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LLT 29/03/2010 10:51


Savoir dire ses doutes, un courage que je n'ai pas...


Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages