Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 09:46

Jeudi 11 novembre... un de ces jours fériés qui vident nombre d'espaces publics de leur foule habituelle (des jours dont le nombre tend à diminuer avec la généralisation des «ouvertures exceptionnelles», et l'exceptionnalité, à force de se répandre, est en passe de devenir sinon une règle du moins une habitude, quelque chose à quoi l'on s'accoutume sans s'en rendre compte jusqu'au jour où l'on est tout surpris de trouver le magasin du coin fermé un dimanche...).

Un de ces jours qui, par cette vacuité qu'ils y instaurent, m'attirent là où d'ordinaire vaque la foule, appareil photo à portée de main – il me semble en effet que subsistent dans ces déserts temporaires des présences résiduelles que la photographie peut sinon capter (comme on retient un filet d'eau au creux de la main le temps de se désaltérer) du moins signifier avec force au tirage si, lors de la prise de vue, j'ai su choisir un sujet, un cadrage, une mise au point – bref, calculer dans le viseur une composition qui in fine rende compte de ma conscience de ces  «présences-absentes-mais-pourtant-là».

Je ne suis pas allée très loin: je me suis bornée à rester «en bas de chez moi», là où sont rassemblés une partie des bâtiments de l'université de Créteil, organisés autour de cours et d'allées ponctuées de bancs. Personne en vue, pas même un promeneur isolé passant là par hasard – seuls circulent, poussés par le vent intermittent, quelques détritus mêlés aux feuilles mortes. Et soudain mon regard se rive sur une bouteille vide – une bouteille de vin dont le bouchon de liège gît tout près, que l'on eût attendue, au terme d'un repas fin, sur une table élégamment dressée plutôt que perdue au milieu d'une cour déserte. C'est évidemment cette incongruité qui m'a arrêtée (moi plutôt que mon seul regard: ce ne sont pas tant les formes, la couleur, ce que cette bouteille crée comme visualité dans son environnement qui ont fixé mon attention mais les pensées qui se sont greffées sur elle et en particulier sur le nom que je lis sur l'étiquette: La cour des anges... Un nom pareil surgi justement dans une cour, vide, silencieuse – pleine de ce silence qu'une expression courante dit traversé par un ange qui passe... Mais où les anges dans cet espace urbain inesthétique, privé de l'animation qui en atténue la géométrie rébarbative, livré aux volettements multicolores des feuilles tombées gâtés de papiers gras?

En même temps que je redoute l'échec de la captation je reste convaincue que la prise de vue sera signifiante – la tension des contraires se déséquilibre assez en faveur de la conviction positive pour que je sorte mon boîtier argentique. En attendant le verdict du tirage, la «captation galaxyque» dit son mot...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Evanescences
    Revenir à la vie en "écrivant sur"... J'y crois, dur comme fer, dès que j'ouvre un livre. Très vite naissent, plus ou moins fragmentaires, des pensées que je verrai s'infirmer ou se confirmer au fil des pages en tout cas se compléter, s'affiner, se développer...
  • Où donc...
    ... ma façon de lire qui fait foisonner les idées, les mêle d'émotivité et d'intuitions plus ou moins floues puis qui parvient sans trop de peine à organiser tout cela en pensée articulée, toute prête à impulser un geste scriptural suffisamment sûr pour...
  • Retour aux chroniques...
    Enfin... timide retour: le vrai, celui qui signifie des publications assez régulières et consacrées à des livres, des spectacles ou des expositions, s'est amorcé il y aura bientôt un an sur k-libre . Il s'est interrompu depuis plus d'un mois, les ouvrages...
  • Emergence
    Depuis janvier à nouveau le désert, l'immense désert de silence au bord de nuits qui n'en finissent pas d'être ombres profondes, abîmes parcourus de tourmentes malgré ici ou là quelques trouées de lumière qui empêchent l'absolue déréliction de submerger...
  • Inactualité...
    Au printemps 2021, histoire de retrouver un peu d'oxygène mental grâce à l'écriture mais n'ayant plus aucune motivation pour me risquer aux «introspcopies», et pas davantage pour muser en «petites errances», je me suis dit que la meilleure voie était...

Pages