Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 17:32

Les impostures n'ont pas cessé de me requérir qui grimacent de plus en plus hideusement, qui par là se rendent difficiles à portraiturer mais dans le même temps exigent plus fort d'être montrées. Mais avant que d'arriver à cette fin, je n'ai pas pu résister à ce petit détour d'investissement scriptural vers quoi m'a conduite une «alerte» France info…

«Les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d'août», annonce le Premier ministre. Quelle excellente nouvelle aux oreilles des Parisiens, implicitement sommés d'aller voir en province si le ciel est plus bleu qu'à Paris: ils seront désormais les bienvenus là où en mars on les accueillait pour le moins… fraîchement.

En mars, pneus crevés et noms d’oiseau, en été tapis rouge et grands sourires. Ou quand les indésirables du printemps deviennent les très-désirés de l’été…

On leur en voulait en mars d’apporter avec eux le virus – en été on veut qu’ils apportent leur soutien à l’économie… donc leurs deniers de bobos urbains à ceux-là mêmes qui, quelques mois auparavant, les vouaient aux gémonies.

Pour peu qu’ils soient un peu rancuniers, les Parisiens qui auront eu à souffrir de ces chicanes préféreront sans doute en juillet et août s’assigner d’eux-mêmes à résidence dans l’appartement qu’ils ont voulu déserter au printemps quand la loi les y emprisonnait plutôt que de consentir à aller remplir les poches de leurs tourmenteurs. C’est du moins ainsi que je réagirais si je comptais parmi les malmenés de nos vertes campagnes.

Et le plan du gouvernement visant à «relancer le secteur du tourisme» aura alors un peu de plomb dans l’aile, malgré les 18 milliards d’euros promis à titre de compensations en tout genre ‒ tiens, encore de l’argent qui sort du bois, après les millions divers et variés déjà lâchés depuis le 16 mars, sans retenue et à grands renforts de déclarations solennelles? Mais comment donc se fait-il que la pompe à fric continue de cracher des euros en veux-tu en voilà alors qu’on nous répétait, avant (i.e. «avant l’épidémie»), que les caisses de l’État étaient vides et qu'il fallait se soumettre à l'austérité, aux économies tous azimuts? Par quel(s) miracle(s) l’exécutif peut-il se permettre d’arroser ainsi continument et d'accorder primes et autres revalorisations? À moins qu’il ne s’agisse que de promesses venteuses… et d’un marché de dupes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Pour toi maman
    Cette photo de rose que j'avais choisie pour la soumettre au jury de Photovision lors des sélections pour l'exposition "Sur tous les tons", en pensant à toi et au jeu auquel nous jouions toutes les deux quand j'étais enfant, pendant les longs trajets...
  • Quand l'invu sort au jour...
    Comment se fait-il que, dans un environnement sinon quotidien du moins très familier, sans qu'aucune circonstance particulière soit à noter, on remarque tout d'un coup un détail, infime mais qui pourtant accroche – accroche et fascine, moins par lui-même...
  • Le bruit des anges
    Jeudi 11 novembre... un de ces jours fériés qui vident nombre d'espaces publics de leur foule habituelle (des jours dont le nombre tend à diminuer avec la généralisation des «ouvertures exceptionnelles», et l'exceptionnalité, à force de se répandre, est...
  • Choses vues, choses pensées...
    ... et la suite que j'ai cru bon de leur donner en m'arrêtant ici. Or donc ce matin j'allais d'un bon pas, marchant au lieu de courir puisque bloquée par des gênes bien connues et qui me suggèrent de... marquer le pas dans mes entraînements quotidiens...
  • Dimanche léger
    Aller au bout d'une intention : voilà qui à soi seul constitue pour moi une petite victoire sur l'aranéosité habituelle de mes dispositions - toujours enclines aux reculades et autres renoncements. Aujourd'hui j'avais en projet d'aller au Marché aux fleurs...

Pages