Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 09:18

Chaque mission de lecture-correction, dès lors qu'elle exige un peu plus que de la simple vigilance et me pousse à effectuer quelques recherches ici ou là qui aillent au-delà de la seule vérification (orthographique, chronologique ou autre...) ressemble à une plongée en apnée: l'attention tout entière concentrée sur le travail à faire s'apparente à cette modulation très particulière du souffle que l'apnéiste doit maîtriser pour pouvoir rester sous l'eau aussi longtemps que le demande le défi qu'il a décidé de relever, un effort qui requiert la totale mobilisation de tout son être. Ne pas laisser l'esprit voguer hors champ, le contraindre à limiter son fonctionnement réticulaire (que je sens devenir de plus en plus luxuriant tandis que je vieillis et que s'accroît la somme de souvenirs et de connaissances que j'accumule, agiles et prompts à surgir à la moindre sollicitation) aux étendues concernées par le texte sur lequel je travaille: voilà à quoi je dois m'attacher avec la plus vive vigilance jusqu'à ce que le "bon à tirer" puisse être donné. Cela confine souvent à une forme de suffocation mentale, inconfortable mais, à certain égards, salutaire car c'est un efficace barrage aux vagues de désespoir ou d'angoisse qui guettent dès lors que se relâche la tension.

Soumise généralement à des délais très serrés, je me trouve privée de la possibilité de laisser "reposer" le texte un jour ou deux après une lecture de "premier contact" afin que mon rapport avec lui se densifie, s'approfondisse - s'intimise assez pour que j'aie réellement le sentiment de le rencontrer et d'être habitée par lui. Or il m'est très difficile d'aborder mon travail de correction en toute bonne conscience si je ne me sens pas parvenue à ce degré de proximité avec le texte qui m'est confié, et je tâche de compenser le manque de temps par une focalisation mentale quasi exclusive - une claustration volontaire, un abandon pleinement consenti à cette "suffocation mentale" évoquée plus haut.

Sans doute trouvera-t-on que c'est là un investissement bien exagéré pour une tâche qui n'est même pas créative - qu'un écrivain, un artiste, se "bullifie" ainsi, soit. Mais une correctrice qui, après tout, est au texte ce qu'une technicienne de surface est aux sols? Qu'est-ce d'autre en effet qu'une correctrice sinon une ouvrière dont l'huile de coude et les détergents (savoir: sa maîtrise de l'orthographe, de la syntaxe, des figures de style, des conventions typographiques, etc.) sont au service d'un composé phrastique auquel elle n'a aucune part mais dont elle doit sentir les beautés avec assez de finesse pour en ôter les poussières sans en détruire la moindre ciselure? Certes cela est minutieux mais n'y a -t-il pas une once d'affectation, voire de prétention, à se retrancher derrière l'extrême soin que ce travail demande afin de s'en servir comme excuse à toutes les dérobades?

Poser cette question les yeux rivés sur le vaste espace en voie de désertification que sont ces terres est en soi une réponse...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages