Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 10:03
Ma "minute cyclopédique"

Évitons de méjuger de nos gouvernants


C’était promis: nous devions «sortir du nucléaire», nous engager sur la voie de la «transition énergétique» et «investir dans l’exploitation des énergies renouvelables» tandis que, par une assistance ad hoc, nous allions aider les pays «émergents» à renoncer à l’utilisation des énergies fossiles — oh, non pas pour leur propre sauvegarde, n'exagérons pas, tout de même... mais bien plutôt pour qu’ils ne gâchent pas les «efforts» consentis par les pays occidentaux pour tâcher d’enrayer les bouleversements climatiques. Force est de constater que, même sans chercher l'ombre d'une intention bienveillante, dans les faits, rien n’est initié. En la matière comme en d’autres, l’action politique tient en trois mots: mensonge, hypocrisie, lâcheté.


Quoique... peut-être pas. Si, au lieu de témoigner d’une pathétique inaptitude à solutionner les problèmes c’était, au contraire, le signe que notre gouvernement travaille d’arrache-pied à éradiquer, dans un seul et même mouvement, tout à la fois le chômage, les flux migratoires, les crises et faillites agricole, financière, scolaire, sociale, culturelle, etc.? L’on voit par exemple que, parmi d’autres immobilismes ou reculades, nos décideurs laissent tranquillement se dégrader le parc nucléaire, notamment en se déclarant favorables à la prolongation de la «durée de vie» des centrales, fussent-elles en bout de course et affectées par des incidents de plus en plus nombreux – mais bien sûr «mineurs» et que l’on met sous couvercle vite fait bien fait: il ne faudrait pas que le bon peuple panique....

Tout cela ne participerait-il pas d’un plan parfaitement conçu sous les dehors foutraques d’un lamentable laisser-faire? Je me demande si l'on n'est pas en train de nous préparer quelques Fukushima assez bien orchestrés pour survenir quasi simultanément et à court terme (avant la prochaine échéance présidentielle?), histoire de faire table rase de toutes les crises. Puisque la population persiste à ne pas plier sous l'assaut de précarités grandissantes et que la vaste entreprise d’abêtissement généralisé, pourtant menée depuis longtemps, paraît manquer d'efficacité — il reste des «frondeurs», des «zadistes», des «mouvements citoyens» qui donnent de la voix et, pire, «être de gauche» n'est pas une notion tout à fait tuée... la barbe à la fin! — il était temps de trouver un moyen radical d'en terminer avec ces empêcheurs de dominer en paix. Quoi de mieux qu’un Grand soir nucléaire (sans «lendemains qui chantent», celui-ci) qui, de plus, pourrait aisément passer pour «accidentel»?…

Après les lobotomisations successives, on conclura par l’incinération ionisante. On n’est jamais trop prudent: s’il se trouvait un organisme assez robuste pour en réchapper, on courait le risque, inacceptable n’est-ce pas, que celui-ci fût encore un «frondeur».

C'était une pierre apportée aux paranoïas complotistes... en toute ironie, cela s'entend, et quelques degrés au-dessus du premier..

Partager cet article

Repost 0
Publié par Yza - dans Apartés
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages