Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 10:44
Si tu crois xa va...

Mon chat Elléas est pansu.
Ce n’est pas vraiment un «gros» chat mais il a un embonpoint localisé dans le bas du corps alors que son torse et sa tête restent plutôt fins – il aurait, en jargon anthropomorphique, un physique typiquement «gynoïde», qu’accentue un léger dandinement des hanches quand il se déplace et qui m’évoque immanquablement M. de Charlus tel que décrit par le narrateur de La Recherche. Chat d’intérieur aujourd'hui âgé de 4 ans et demi et tôt castré, il a très vite gagné cet aspect singulier, bien que n’étant pas goinfre – il a certes un solide appétit mais qui reste sélectif: c’est un gourmand, qui ne s’abandonne jamais à l’absorption indifférenciée. Je demeure toutefois vigilante et tiens sous contrôle ses rations, de manière assez judicieuse semble-t-il puisque les visites annuelles chez le vétérinaire m’ont jusqu’à présent confirmé qu’il était en forme et son poids tout à fait normal eu égard à son âge, son mode de vie – et son état de mâle castré.
Aucune raison, donc, de le priver de ces friandises que je donne chaque matin à mes trois chattes pour, au sens le plus propre de l’expression, «faire passer la pilule» ‒ elles sont toutes soumises à des traitements quotidiens, à vie, et ne consentent à avaler leurs médicaments qu’avec ces «friandises» dont je sais pertinemment que ce sont d’abord des gadgets commerciaux, peu nécessaires à la santé des chats mais qui, pour moi, sont d’un incomparable secours pour médicamenter mes chattes sans stress. Elléas n’a pour le moment aucune pathologie qui justifierait l’octroi de ces «passe-pilule» mais… comment les lui refuser quand, voyant ses compagnes croquer les leurs en ronronnant malgré le comprimé caché, il tend vers moi ce regard à la fois impérieux et implorant? Alors, dans un souci d’équité ‒ tout aussi anthropomorphique sans doute que le jargonneux «gynoïde»; «Tout le monde pareil! pas de jaloux…» aurait dit ma grand-mère, toujours très attentive à ce que chacun ait non pas «selon ses besoins» mais «autant que son prochain» ‒ je lui donne, pareillement, quelques party mix ou autres Catisfaction sur lesquels il se jette et qu’il gobe avec une voracité qu’il ne témoigne envers aucun autre aliment sinon les fragments de viande pure dont j’agrémente parfois les gamelles. Et ce matin, dans l’élan de la distribution rituelle, je me suis mise à fredonner ce petit pastiche…

Elléas Elléas…
Si tu crois qu’t’auras, si tu crois qu’t’auras
Encor’ des friandises
Ce que tu te goures, ce que tu te goures!
Elléas Elléas…
Car déjà est là
la pendante panse,
et les bajoues naissantes
te guettent te guettent…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Voir ou ne pas voir...Chercher à voir ou pas...
    . .. ou les scories d'une sortie photo ratée – ratage relatif puisqu'il en sort ce qui suit. Dimanche 8 octobre. La lumière est belle sous les gris en tumulte du ciel parfois liserés d’un mince rehaut de clarté jaunâtre. Le temps est calme, à peine froissé...
  • In extremis
    Plus que quelques heures avant que soit irrémédiablement (vous entendez? —diablement! et en effet c’est bien de malignité qu’il s’agit quand s'évoque l'implacabilité du temps passant) consommé ce dernier jour de septembre et rien encore n'a été déposé...
  • Rétro-journal sarladais en ... épisodes
    ÉPISODE 2 Vendredi 4 août18 heures. Dans une heure débutera la représentation au Plantier. La chaleur est écrasante et le ciel d’un bleu obstiné, têtu. Le soleil, à 19 heures, sera encore assez haut pour faire taire les ombres qui pourtant s’allongent...
  • Petite pensée déprimée
    Trouver le chemin qui mène du percept, ou de la pensée, au texte puis en couvrir la distance de bout en bout… cela m’est chaque jour plus difficile. Et je ne fais guère plus que rêver mes phrases au lieu de les écrire – rêvées, encore intangibles, elles...
  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...

Pages