Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 10:31
Retombée

À de certains moments, une fois posé le point final à l’une ou l’autre tâche que l’on devait accomplir – ou que l'on s'était donné pour mission d'accomplir… – l’on se sent léger, comme ensoleillé de l’intérieur et gagné d’allégresse. Les heures à venir semblent élargies tant leur horizon est dégagé de ce devoir désormais achevé, ouvertes à ces grands vents que l'on respire à pleins poumons et dont on se dit qu'ils déverrouillent de leur souffle puissant tous les obstacles que l'on avait à profusion, et de soi-même, dressé devant soi. Que va-t-on donc entreprendre maintenant que l'on s'est libéré? Quel désir va-t-on satisfaire? à l'ineffable sensation de légèreté succède la joyeuse fébrilité du choix libre, de ces "possibles" dont la liste n'appartient qu'à soi et qu'aucun dictat extérieur n'a imposés.

Tout devrait être simple, alors, et source de plaisir: ne rien faire d'autre que ce dont on a envie! Pourtant, à peine entamée l'ascension de cette première "heure libre", déjà elle s'obombre d'échecs. De déceptions. D'incapacité à... Et au fil des minutes surgissent, les uns après les autres, de noirs abîmes saturés de la peur glacée du TEMPS-QUI-PASSE, à quoi il n’est aucun remède car il passe quelque tentative que l’on fasse pour en freiner la marche, traînant avec lui ses inexorables cortèges de pertes et de défaites qu’aucun bonheur, aucune joie, eussent-ils nom béatitude, ne me semblent pouvoir compenser.

Ainsi, passé l’éphémère bien-être que m’offre ce précieux instant de légèreté et qui me porte dans les hauteurs d’une enthousiaste motivation, tel un ballon gonflé d’hydrogène demeurant en suspension dans les airs, ai-je pour habitude de très vite retomber dans les affres du découragement, de la même façon que le ballon, laissant peu à peu échapper son gaz, finit par choir au sol jusqu’à n’être plus qu’une pathétique enveloppe fripée et ratatinée que piétinent les passants inadvertants – mais après tout, quelle raison auraient-ils de prendre garde à ce chiffon de baudruche, tout abîmé dans la poussière du chemin et dont les couleurs vives disparaissent sous les souillures terreuses ? Et moi, comme lui dans la terre pulvérulente, je me rencoigne, de tout mon être ramassée dans mes ressassements inaboutis, dans la sempiternelle mastication de mes impuissances au goût de bile que, sans doute, ferait passer une bonne culpédothérapie.

"Allez, va donc retrousser ta jambe de pantalon! Applique sans tarder cette thérapie… de choc" me suis-je enfin dit - à me tancer je ne suis pas si mauvaise. Mais pour ce qui est d'agir...

NB. Le flou de la photo n'est pas volontaire. C'est une erreur de prise de vue. Mais comme cet aspect répond fort bien, à mon sens, au texte que j'ai fini par écrire, j'ai quand même choisi cette image pour l'accompagner.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages