Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 18:25
Ne pas baisser les arts...

Noir au cœur et noir à l'âme depuis le 7 janvier. Mais les plus endeuillés continuent, les autres, aussi. Dont les artistes. Parmi eux, Marie-Annick Jagu, peintre... et professeur. Elle venait de diffuser son programme pour le premier semestre 2015 peu avant l'attentat. Un courriel reçu dimanche a confirmé ses cours pour la semaine du 12 au 17 janvier:

Mercredi 14:
Séance au Louvre de 18 heures à 20 heures. Exposition «Voyages Philippe Djian» (visible jusqu'au 23 février), entrée Sully, 2e étage, salles 20-23.. Deux heures pour traiter un sujet lié à cet accrochage avec carnets de croquis et crayons, boîtes de couleurs... et échanger ensuite autour de ce que l'on a fait, observé, aimé ou détester...

Jeudi 15
Ce sera le «jour du flâneur»: en adoptant son rythme comme elle le propose, celui d’une marche tranquille, l’esprit ouvert aux quatre vents de l’inattendu mais attentif tout de même et prêt à s’arrêter sur ce qui fait saillie ou qu’un guide lui tendra en pâture, Marie-Annick invite les passionnés de peinture, même si eux-mêmes ne peignent ni ne dessinent, à lui emboîter le pas dès 14h30 rue de Seine, jusqu’au n° 29, où se trouve la galerie Berthet-Aittouatès. Là est exposé, jusqu’au 14 février, un ensemble d’œuvres de Jean-Pierre Schneider,: «Le Bliaud de la reine et autres peintures». À lire ce que l’artiste écrit ici de son travail, entre corps et matière, déplacements/mouvements de motifs et rapports avec la surface (la peau du tableau) et à voir la superbe présentation qui en est faite en ligne, sous forme de glissés d’images, et sachant combien Marie-Annick réfléchit aux problématiques du corps en arts plastiques, qu’elle s’est penchée de près sur la question du nu pictural et que le rapport dessin/mouvement la passionne je sais que rencontrer ces œuvres en sa compagnie sera une expérience rare et hors de toute ornière. Quelques souvenirs bien ancrés dans ma mémoire de conversations diverses me le soufflent...

Samedi 17
Ce sera une nouvelle «journée totale», avec travail sur le motif le matin dans un musée et prolongation après le déjeuner à l'atelier Grenelle, soit en reprenant les esquisses du matin pour aboutir à une création achevée, soit en empruntant une voie propre à la séance d’atelier mais en contigüité avec ce qui aura été expérimenté précédemment. Pour cette première «journée totale» de l'année, le rendez-vous est fixé à 10 heures au musée d’Art moderne de la ville de Paris, dans la salle des peintures de Robert Delaunay et Gleizes. Selon le sujet que proposera Marie-Annick et si sa leçon en laisse le loisir, peut-être qu’aller faire un pas de côté vers l’exposition «Sonia Delaunay, les couleurs de l’abstraction», qui est visible jusqu’au 22 février, nourrira la réflexion plastique des élèves qui suivront le cours?

LES LIEUX
Galerie Berthet-Aittouatès
29 rue de Seine
75006 Paris
Tél: 01 43 26 53 09

Musée d'Art moderne de la ville de Paris
11, avenue du président Wilson
75116 Paris
Tél: 01 53 67 40 00

Atelier Grenelle
7 rue Ernest Psichari
75007 Paris

Pour des renseignements plus précis, et connaître les tarifs, contacter Marie-Annick au 06.85.67.25.44. Sans oublier de visiter son blog, par ici...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Yza - dans Billets
commenter cet article

commentaires

Marie-Annick 12/01/2015 20:48

Merci

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages