Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:38
Entre(-)chat et cafés

Lors de mon séjour sarladais cet été, je suis allée comme chaque année m’approvisionner en café à la Brûlerie sarladaise et j’y découvrais un cru brésilien dont même le nom m’était inconnu: Mococa. Encouragée par le descriptif du torréfacteur j’achetai sans hésiter un paquet de grains que je fis moudre à la juste mesure de la manière dont je prépare le café et, dès la première dégustation, le lendemain, j’étais séduite par la saveur typée, les arômes qui se déployaient progressivement de gorgée en gorgée et demeuraient longtemps en bouche (mais que je ne me risquerais pas à "mettre en mots": jamais je n'ai réussi à trouver de correspondance réelle entre les sensations gustatives que me procurent les cafés et les mots à ma disposition; ainsi les discours de dégustateurs me sont-ils invariablement étrangers, même si j'éprouve une délectation toute littéraire à les lire... un barista dira par exemple de tel cru qu'il a des "arômes de fruits rouges", des "notes cacaotées" ou "une légère acidité d'agrumes"... autant de saveurs présentes dans ma "bibliothèque sensorielle" mais que je ne parviens pas à relier aux cafés dégustés; alors je laisse mes ressentis sans mots, dans cet étrange entre-deux où flotte tout ce qui, pour échapper à l'emprise du langage, n'en a pas moins de présence effective dans l'éphémérité de sa survenue et sa persistance ultérieure en pays de mémoire...).

Juste avant de quitter Sarlat, je revins donc à la brûlerie avec l’intention d'acheter plusieurs paquets de ce Mococa car, n’en ayant jamais vu là où, à Paris, j’ai l’habitude de choisirr mes cafés, je préférais me constituer une petite provision avant d’avoir à me soucier de m’en procurer commodément. Las… le torréfacteur n’en avait plus et ne pensait pas en recevoir avant quelque temps: "Ce café est très apprécié, j’en vends beaucoup, mais il n’est pas facile à obtenir et les délais sont parfois un peu longs avant d’être livré."… Une fois rentrée, je me mis en quête de Mococa via Internet – et, en effet, je pus constater que bien peu de boutiques en ligne vendaient du Mococa. Parmi elles, la Torréfaction toulousaine, ou Cafés Négril… C’est là que je me suis arrêtée. Certes parce que la présentation de cette entreprise artisanale m’a plu, et que l’exploration du catalogue m’a dévoilé quantité de crus insoupçonnés (donc autant de champs ouverts à mes velléités exploratoires de "sensations café") – mais aussi parce que Négril est le nom d’un chat que mes parents ont gardé une petite année je crois, jusqu’à ce qu’il disparaisse, sans qu’ils aient jamais su ce qui lui était arrivé. Qu’est-ce qui, du nom félin ou de la richesse du catalogue, m’a décidée à acheter là ce Mococa dont j’avais soif?

Le simple fait que je me pose la question suffit à montrer combien a joué la "patte du chat"…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...
  • Bribeloteries
    Des bribes-bibelots de peu, verroteries textuelles que pourtant je ne parviens pas à jeter d’un clic à la corbeille ni, lorsqu’elles traînent à l’ancienne sur des bouts de papier ou gisent demi-mortes en des pages de vieux carnets tout encombrés et conservés...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. En dix-huit scènes...
    Lorsqu'un directeur artistique en poste depuis plus de vingt ans expose la programmation d'un festival à une spectatrice qui elle-même suit ledit festival depuis plus de dix ans, la présentation devient vite réticulaire et naît d’un mycélium se déployant...
  • 66e Festival des Jeux du théâtre de Sarlat. Lever de rideau
    Du 20 juillet au 5 août 2017, le plus ancien festival de théâtre français après Avignon revient pour une 66e édition... Cette année encore, grâce à la générosité amicale de Jean-Paul Tribout qui une fois de plus aura consenti à m'accorder de son temps,...
  • Les lumières parlent...
    Lucrèce Borgia est de ces figures historiques dont la littérature s’empare et qu'elle pare de telle manière que leur être littéraire supplante dans l’imaginaire collectif la personne réelle. Si «Lucrèce Borgia» est un nom qui à lui seul évoque une théorie...

Pages