Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 11:13
(Dé)chiffrer...

"Pourquoi écrit-on?"... La question a surgi au détour d'une conversation que j'avais, il y a quelques jours, avec un auteur que je dois bientôt accompagner dans la révision de son texte, à paraître prochainement ‒ un récit complexe qui, notamment, interroge la posture du narrateur-personnage dans ce qu'il est convenu d'appeler l' "autofiction".


Non pas pour partager, pour communiquer, ni même pour laisser quelque chose à la postérité comme on le croit de prime abord et superficiellement, mais, en réalité, pour tâcher de se comprendre, de voir clair en soi, m'a-t-il dit en substance. Il parlait bien sûr de l'écriture littéraire, de celle que pratiquent les authentiques écrivains. Je crois cependant que l'assertion vaut non seulement pour les autres moyens d'expression artistique (l'on peut tout aussi bien demander "Pourquoi peint-on?", "pourquoi compose-t-on des symphonies", etc.; et répondre pareillement: "pour tenter de se déchiffrer" ‒ à un jeu de syllabes près, "se défricher" a aussi beau sens ici...) mais également pour les écritures moindres, celles qui remplissent les carnets, journaux, blocs-notes... blogs... que l’on est si nombreux à noircir, avec plus ou moins de constance, d'une langue parfois approximative voire défectueuse et fautive. Par ces mots jetés au-dehors et pas toujours transfigurés par le travail formel, ne cherche-t-on pas moins à "fixer" un sentiment, une émotion, un souvenir qu'à décrypter cela même que l’on prétend seulement arracher à l'impermanence? Et, ce faisant, à se décrypter soi-même ‒ du moins en partie?


Que l'on prétende en "écrivant" (sans complément: cela suffit à désigner à quelle espèce d'écriture on se réfère) évacuer un trop-plein, s'éprouver vivant, voire s'amuser simplement des surprises que ne manque jamais de réserver la pratique scripturale cela revient toujours in fine à une entreprise introspective. Où va-t-on, en "écrivant"? Parvient-on jamais au clair de ses ténèbres? Le souhaite-t-on, d'ailleurs? Probablement pas, car toucher au fin mot de son soi profond (je devrais écrire "de ses sois profonds" car il n'est pas un être qui soit unibloc) n'est-il pas synonyme de mort?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Voir ou ne pas voir...Chercher à voir ou pas...
    . .. ou les scories d'une sortie photo ratée – ratage relatif puisqu'il en sort ce qui suit. Dimanche 8 octobre. La lumière est belle sous les gris en tumulte du ciel parfois liserés d’un mince rehaut de clarté jaunâtre. Le temps est calme, à peine froissé...
  • In extremis
    Plus que quelques heures avant que soit irrémédiablement (vous entendez? —diablement! et en effet c’est bien de malignité qu’il s’agit quand s'évoque l'implacabilité du temps passant) consommé ce dernier jour de septembre et rien encore n'a été déposé...
  • Rétro-journal sarladais en ... épisodes
    ÉPISODE 2 Vendredi 4 août18 heures. Dans une heure débutera la représentation au Plantier. La chaleur est écrasante et le ciel d’un bleu obstiné, têtu. Le soleil, à 19 heures, sera encore assez haut pour faire taire les ombres qui pourtant s’allongent...
  • Petite pensée déprimée
    Trouver le chemin qui mène du percept, ou de la pensée, au texte puis en couvrir la distance de bout en bout… cela m’est chaque jour plus difficile. Et je ne fais guère plus que rêver mes phrases au lieu de les écrire – rêvées, encore intangibles, elles...
  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...

Pages