Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 11:56

Lorsque, dépassant le ressenti-réflexe – "j'aime/je n'aime pas" –, on souhaite approfondir sa compréhension de l’œuvre d'un peintre, ou d'un sculpteur, on se plonge volontiers dans l'étude de ses croquis, de ses travaux préparatoires et autres notes d'atelier afin de suivre, en amont de la toile ou de la sculpture aboutie et montrée, le cheminement de sa recherche, l'évolution de ses intentions. Et souvent, à partir de ces documents compulsés, des considérations d'ordre esthétiques nées de leur examen, l'on s'engage dans une recréation quasi romanesque d'une genèse; on imagine, un récit se construit... Peu à peu l'on croit voir émerger l'homme des fruits de son art.

L'on percevra pareillement quelque chose de la démarche, des méthodes d'un professeur d'arts plastiques à travers les travaux de ses élèves lesquels, outre qu'ils expriment certains aspects de la personnalité, du talent de leur auteur, laissent aussi transparaître un peu de la "guidance" du maître. Aussi la plupart des enseignants veillent-ils à exposer régulièrement les réalisations de leurs élèves, certes pour valoriser la créativité de ces derniers mais aussi pour se donner l'opportunité de présenter leur enseignement afin, peut-être, de susciter des vocations chez les visiteurs.

Ainsi les professeurs de l’Atelier Grenelle (7, rue Ernest Psichari – 75007 Paris) exposent-ils, du 8 au 13 novembre 2013*, une sélection de dessins, peintures et sculptures réalisées par leurs élèves au cours le l'année écoulée.

Si j'ai à cœur de mentionner cette exposition-là quand bien d'autres du même type sont à voir tout au long de l'année, c'est parce qu'un des professeurs de l'Atelier Grenelle est une amie, souvent évoquée ici: Marie-Annick Jagu, dont j'ai quelques fois suivi les cours, parfois comme élève (munie d'un appareil photo au lieu d'un bloc de croquis), parfois comme simple observatrice ‒ toutes expériences qui m'ont beaucoup apporté. Je m'efforce donc, chaque fois que je le peux (et que la plume répond à mes sollicitations), de témoigner des singularités de son approche, de l'enrichissement que l'on peut retirer de ses "leçons de voir". Ainsi ai-je déposé il y a peu un "avis", sur la page qu'elle s'est créée ici, sur le site CoursAvenue, que d'autres "avis" entourent, et complètent. Les œuvres de ses élèves à découvrir dans cette exposition achèveront de préciser ces écrits et montreront concrètement comment ses incitations, assorties de conseils techniques, fécondent leurs dispositions...

Je profite de cette "brève" pour rappeler qu'en plus de ses cours à l'Atelier Grenelle Marie-Annick propose des séances "hors les murs", régulièrement au Jardin des Plantes et au Louvre, ponctuellement en bien d'autres lieux de la capitale, à l'occasion de projets aussi variés qu'originaux – le dernier en date était une "journée de création" articulée en deux temps: matinée de croquis au Petit Palais, suivie, après la pause déjeuner, d'une séance en atelier où les stagiaires, disposant du matériel de l’Atelier Grenelle, élaboraient une œuvre à partir des ébauches du matin, guidés dans leurs choix et décisions par la parole efficace et bienveillante de Marie-Annick.
Voir son site sur cette page.

* Marie-Annick, l'Atelier Grenelle et leurs élèves exposent une sélection d’œuvres à la mairie du 7e arrondissement (116 rue de Grenelle - 75007 Paris), salle Béatrice de Broutelles.
Du vendredi 8 au mercredi 13 novembre de 11 heurs à 18 heures (sauf dimanche 10 et lundi 11
novembre).

Vernissage: jeudi 7 novembre, à partir de 18 heures.

Du "voir" au "faire" : au bout du geste

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Terres nykthes
  • : Ce blog au nom bizarre consonant un rien "fantasy" est né en janvier 2009; et bien que la rubrique "archives" n'en laisse voir qu'une petite partie émergée l'iceberg nykthéen est bien enraciné dans les premiers jours de l'an (fut-il "de grâce" ou non, ça...) 2009. C'est un petit coin de Toile taillé pour quelques aventures d'écriture essentiellement vouées à la chronique littéraire mais dérivant parfois - vers où? Ma foi je l'ignore. Le temps le dira...
  • Contact

Aux Manettes...

  • Yza
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui
  • Entre littérature et arts visuels, à la poursuite des ombres, je cherche. Parfois je trouve. Souvent c'est à un mur que se résume le monde... Yza est un pseudonyme, choisi pour m'affranchir d'un prénom jugé trop banal mais sans m'en écarter complètement parce qu'au fond je ne me conçois pas sans lui

Recherche

Articles Récents

  • Voir ou ne pas voir...Chercher à voir ou pas...
    . .. ou les scories d'une sortie photo ratée – ratage relatif puisqu'il en sort ce qui suit. Dimanche 8 octobre. La lumière est belle sous les gris en tumulte du ciel parfois liserés d’un mince rehaut de clarté jaunâtre. Le temps est calme, à peine froissé...
  • In extremis
    Plus que quelques heures avant que soit irrémédiablement (vous entendez? —diablement! et en effet c’est bien de malignité qu’il s’agit quand s'évoque l'implacabilité du temps passant) consommé ce dernier jour de septembre et rien encore n'a été déposé...
  • Rétro-journal sarladais en ... épisodes
    ÉPISODE 2 Vendredi 4 août18 heures. Dans une heure débutera la représentation au Plantier. La chaleur est écrasante et le ciel d’un bleu obstiné, têtu. Le soleil, à 19 heures, sera encore assez haut pour faire taire les ombres qui pourtant s’allongent...
  • Petite pensée déprimée
    Trouver le chemin qui mène du percept, ou de la pensée, au texte puis en couvrir la distance de bout en bout… cela m’est chaque jour plus difficile. Et je ne fais guère plus que rêver mes phrases au lieu de les écrire – rêvées, encore intangibles, elles...
  • Rétro-journal sarladais en … épisodes
    La 66e édition du Festival des jeux du théâtre de Sarlat s'est achevée le samedi 5 août. Dès le lendemain s'esquissait quelque chose qui semblait bien se tenir au long d'une ligne d'écriture qui ne demandait qu'un peu de constance pour se réaliser en...

Pages